Bauhaus-Universität Weimar

218 
FÈCES. 
par différentes variétés de pain, ont déterminé, en même temps que toutes les données 
relatives à l’utilisation (substances organiques, cendres, azote), la quantité de cellulose 
contenue dans les matières fécales et la proportion éliminée par rapport à celle ingérée. 
Voici les résultats sur deux personnes ayant la même alimentation : 
NUMÉROS 
VARIÉTÉ DE PAIN. 
CELLULOSE 
POUR 100 DES FÈCES 
CELLULOSE 
des 
RECHERCHES. 
secs. 
NON UTILISÉE. 
1 
Pain de froment et de seigle. . . . 1 
A 
7,4 
63,12 
2 
Fermentation : levure......j 
B 
5,9 
50,10 
3 
Pain de froment et de seigle . . . i 
A 
9,93 
. 69,99 
4 
Fermentation : levain .......( 
B 
4,64 
36,40 
5 
6 
Pain de seigle décortiqué......j 
A 
B 
11,1 
12,4 
45,20 
55,90 
7 
Pain de froment décortiqué.....| 
A 
11,9 
55,41 
8 
9 
Pain de seigle non décortiqué . . . | 
A 
B 
14,7 
14,5 
59,74 
63,90 
10 
11 
Pain de froment non décortiqué. . | 
A 
B 
12,71 
11,31 
47,35 
46,64 
Mann (1899) a confirmé ces résultats. 
Bases xanthiques. — Weintraud (1895) signale le premier la présence de l’acide urique 
et des bases xanthiques dans les fèces. Dans sa dernière publication (citée par Petren (1898), 
il fixe entre 100 et 500 milligrammes par jour chez l’homme la quantité de bases xan- 
thiques éliminées par jour. 
Petren (1898) fixe l’azote des bases xanthiques à 1,8 p. 100 de l’azote des fèces et à 
0,15 p. 100 des fèces desséchés. 
La quantité de bases xanthiques éliminées dans différents états pathologiques, la 
goutte par exemple, n’a pas une influence très marquée. 
La quantité par jour oscille toujours entre 50 et 100 milligrammes, les limites extrêmes 
étant 38 et 117 milligrammes. Une alimentation exclusivement lactée donne lieu à l’éli¬ 
mination de bases xanthiques dans les mêmes proportions. C’est ainsi que, chez un malade 
en convalescence d’une maladie aiguë, l’élimination fut de 68 milligrammes, rentrant 
ainsi dans la moyenne ordinaire. 
Le même auteur (1899) montre que le lait, les matières albuminoïdes, labile, le mucus 
biliaire dialysé, les nucléo-albumines ne donnent pas de bases xanthiques par l’hydrolyse 
avec l’acide sulfurique, et il conclut que les bases xanthiques ne viennent pas des aliments, 
mais qu’elles paraissent provenir de l’estomac ou peut-être encore du pancréas. 
Les chiffres trouvés plus haut ont été confirmés par Parker (1900). Pour les régimes 
suivants, les quantités éliminées par jour sont respectivement : 
Régime mixte.....60 milligr. Régime carné.....70 milligr. 
Alimentation riche en thymus.....75 milligr. 
Parker fait, en outre remarquer que c’est une proportion relativement petite de la 
quantité ingérée que l’on retrouve dans les fèces (100 grammes de thymus renferment 
227 milligrammes de bases xanthiques et 75 milligrammes seulement se retrouvent dans 
les fèces). 
Chez le chien l’élimination est de 15 à 16 milligrammes par jour. (Petren, 1898.) 
Micko (1900, p. 437) a déterminé la quantité d’azote des composés xanthiques p. 100 
de fèces secs; il a trouvé pour une alimentation très riche en matière albuminoïde : 
0,143, 0,055, 0,0885, 0,084. 
Hydrates de carbone et graisses. — Les hydrates de carbone et les graisses sont con¬ 
tenus dans les fèces, mais leurs variations dépendent tellement de l’alimentation que, 
pour ne pas faire double emploi, nous les étudierons dans la partie consacrée à l’étude 
physiologique.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.