Bauhaus-Universität Weimar

200 
FATIGUE. 
le même. Si avant les classes on a fait 47 fautes dans toute la classe de 51 élèves, après 
une heure de classe on en a fait 70. On observe surtout une augmentation du nombre 
de fautes lorsque entre les classes il n’y avait pas de récréation. Après une heure de 
gymnastique, on remarque une augmentation du nombre des fautes plus considérable 
qu’après une heure de classe. 
La méthode des calculs a été employée pour la première fois par Burgerstein (1891), 
qui l’a appliquée à l’élude de la fatigue intellectuelle des élèves pendant une heure de 
travail. 11 donnait à faire des additions et des multiplications. Ses expériences étaient 
faites sur 162 élèves de 4 classes (68 filles et 94 garçons). Pendant une heure, quatre 
périodes, de dix minutes chacune, étaient consacrées au calcul. 
Expérience de Burgerstein. (Calculs.) 
SÉRIE DE CALCULS. 
NOMBRE 
DE CHIFFRES CALCULÉS. 
NOMBRE 
DE FAUTES. 
NOMBRE 
DE CORRECTIONS. 
I........... 
28,267 
851 
370 
H........... 
32,477 
1,293 
577 
Ill........... 
35,443 
2,011 
743 
39.450 
2,360 
968 
Nous voyons, d’après ce tableau, que le nombre de chiffres calculés augmente du 
premier intervalle au quatrième, le nombre de fautes augmente aussi, mais dans une 
proportion différente : la vitesse des calculs augmente de 40 p. 100; le nombre de fautes 
devient trois fois plus grand. 
Les expériences de Burgerstein furent reprises par Laser en Allemagne et Holmes en 
Amérique, avec un résultat presque identique. Friedrich a fait aussi des expériences 
avec la méthode des calculs; ceux-ci durèrent vingt minutes. Les fautes sont d’autant 
plus nombreuses qu’il y a eu plus de travail intellectuel. Une heure de gymnastique aug¬ 
mente le nombre des fautes. 
Richter (1895) a introduit un autre genre de calculs dans l’appréciation de la fatigue 
intellectuelle; il a fait ces expériences au lycée d’Iéna. 11 a donné aux élèves des pro¬ 
blèmes d’algèbre et compté le nombre de fautes avant et après les classes. Le nombre 
des fautes augmente vers la fin de l’heure. 
Enfin, Ebbinghaus introduisit une nouvelle méthode, qui consiste en l’emploi parallèle 
de trois méthodes : les calculs, la mémoire des chiffres et la méthode de combinaison 
(remplir les lacunes d’untexte incomplet). Ce travail a été fait sous la direction d’EBBWG- 
haus par une commission qui avait été chargée par le gouvernement allemand d’exa¬ 
miner si le système d’enseignement allemand, qui consiste à faire le matin cinq classes 
de suite et à laisser l’après-midi complètement libre, ne fatigue pas les élèves. La 
méthode des calculs a donné des résultats analogues à ceux qu’avaient obtenus les auteurs 
précédents : le nombre des fautes augmente d’autant plus qu’il y a plus de travail intel¬ 
lectuel. La méthode de la mémoire des chiffres a donné un résultat inattendu : on com¬ 
met moins de fautes après les classes qu’avant, ce qui montre que l’entraînement joue 
un rôle très important dans les exercices de mémoire et que ses effets masquent les 
effets produits par la fatigue. La méthode de combinaison a donné des résultats très 
vagues. 
Thorndike (1900) a entrepris de mettre à l’épreuve tout un ensemble de tests capables 
de mesurer la fatigue. Sa conclusion entièrement négative esl que la fatigue intellec¬ 
tuelle ne se mesure pas, elle ne produit pas d’effets objectifs pouvant être observés 
méthodiquement. Et pourtant les sujets accusaient un grand sentiment de fatigue. Des 
douleurs vagues dans les membres, un dégoût pour le travail, un sentiment d’ennui, de 
l’assoupissement, des nausées. Mais ce sentiment de fatigue ne diminue pas la capacité 
de travail. L’auteur trouve qu’on a pris souvent, comme synonyme de fatigue, le désir 
de ne pas travailler. Or, dans tous les cas examinés, l’effet de l’exercice a contrebalancé
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.