Bauhaus-Universität Weimar

ÉLECTRICITÉ. 
325 
courant musculaire formulée par du Bois-Reymond. Tel est le cas par exemple pour le 
muscle gastrocnémien de la grenouille, dont le courant électrique, très fort du reste, 
présente une di¬ 
rection qui ne 
s’explique que dif¬ 
ficilement par cette 
loi. L’explication 
devient possible et 
conforme à la loi 
précitée, si on tient 
compte de la struc¬ 
ture de ce muscle, 
qui par la dispo¬ 
sition de ses fibres 
se rapproche d’un 
rhombe muscu¬ 
laire double (fig. 
184). 
Sa partie tendi¬ 
neuse, qui enve- Fig. 183. — Répartition des tensions électriques dans un’rhombe musculaire régulier, 
loppe le côté bom¬ 
bé de la masse musculaire, représente une section transversale oblique naturelle de 
toutes les fibres qui viennent s’y insérer, tandis que la partie plane avec une portion du 
côté bombé du muscle constitue, au point 
de vue des phénomènes électromoteurs sa 
surface longitudinale, dont le milieu est 
représenté par l’extrémité supérieure du 
muscle. De cette façon, le maximum de ten¬ 
sion positive se trouve dans le bout supé¬ 
rieur du muscle, tandis que son bout infé¬ 
rieur, qui forme l’angle aigu du rhombe, 
est fortement négatif; le courant a une 
direction ascendante. C’est pourquoi ce 
muscle, sans subir la moindre préparation, 
accuse entre deux points correspondants une différence de potentiel très considérable. 
Grâce à cet avantage, et vu la facilité avec laquelle il peut être préparé, le muscle gas¬ 
trocnémien est très souvent employé dans des expériences électro-physiologiques. ° 
Le courant musculaire peut être révélé non seulement par différents appareils de 
mesure, mais aussi par le rhéoscope physiologique (la patte galvanoscopique de la gre¬ 
nouille). Déjà l’expérience de Galvani sur la contraction musculaire sans métaux con¬ 
tient une preuve indubitable de l’existence du courant des muscles, la contraction obtenue 
dans cette célèbre expérience ne pouvant être que l’effet de l’irritation du nerf pro¬ 
duite par le courant musculaire. Si l’on place le nerf d’une préparation physiologique 
neuro-musculaire sur un muscle quelconque, de façon que le nerf touche deux points 
quelconques des surfaces transversale et longitudinale de ce muscle, on obtiendra une 
contraction plus ou moins évidente de la préparation neuro-musculaire provenant de 
l’irritation du nerf par le courant du muscle exploré; cette contraction a lieu surtout à 
la fermeture de ce courant, mais elle peut se produire aussi à son ouverture. E. Hering 
(10) a démontré que le courant musculaire peut non seulement exciter un autre muscle, 
mais que tout muscle peut être excité par son propre courant tran/sverso-longitudinal. 
Un muscle couturier, pourvu d’une section transversale se contracte au moment 
où il est plongé dans une solution de chlorure de sodium à 0,6 p. 100. Toute possibilité 
d’une irritation chimique ayant été exclue, Hering a conclu de celte expérience que cette 
secousse provient de l’irritation produite par la fermeture du courant transverso-longi¬ 
tudinal, fermeture due à la solution chloruro-sodique, qui conduit bien l’électricité. C’est 
donc une auto-excitation du muscle par la fermeture de son propre courant. Hering n’a 
jamais obtenu cet effet à l’ouverture du courant. Ce fait d’auto-excitation explique parfai- 
Fig. 184. — Courants du gastrocnémien 
(d’après Rosenthal).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.