Bauhaus-Universität Weimar

291 
ÉLECTRICITÉ, 
b. Méthode de comparaison. —Dans cette méthode, si l’on a une’ déviation0X avec une 
résistance connue n et 62 avec a;, la pile étant la même dans les deux cas et supposée 
constante, on a déduit x =n C’est la simple application des lois de proportionnalité 
des déviations aux intensités. 
c. Méthode de l’ampèremètre et du voltmètre. — On connaît la résistance R en ohms : 
si on sait quelle est la force électromotrice E qui y entretient une intensité I, par la for¬ 
mule R =? j . Si donc on a un ampèremètre convenable et un voltmètre convenable 
Fig. 157. 
on peut opérer ainsi : on dispose les appareils comme sur la figure de gauche, A étant l’am¬ 
pèremètre et V le voltmètre, si la résistance R est faible, car alors le voltmètre fonc- 
îonnera bien. Si »^contraire, elle est forte, le voltmètre prendrait une fraction notable 
du courant. On peut alors placer cet instrument comme sur la figure de droite, ce qui 
revient à négliger la résistance de l’ampèremètre vis-à-vis de celle qu’on mesure ce 
qui est évidemment permis, puisque la première méthode n’est pas applicable 
cl. Méthode du pont de Wheatstone, - Cette méthode, susceptible d’une haute pré¬ 
cision, nous paraît peu utile en général pour 
l’usage des laboratoires de physiologie. Ce¬ 
pendant nous l’indiquerons en quelques mots, 
car elle est d’une application assez simple, 
et qu’elle est comme nous le verrons plus 
loin, de la plus haute utilité pour les mesures 
délicates de température. 
Soit une pile P et, entre A et B, deux 
branches en dérivation. Si nous plaçons un 
galvanomètre entre C et D, le courant qui le 
parcourra dépendra des résistances x n r2 r3. 
Supposons qu’il ne passe rien en G. Le potentiel en C est le même qu’en D, et le long 
des deux branches ACB et AD B, la répartition des potentiels sera la même que si 
CD n’existait pas. Appelons e la différence de polentiel entre A et C ou A et D et e\ celle 
entre C et B ou D et B, nous avons, û étant l’intensité dans ACB, h dans ADB, 
c 
D 
I P 
Fig. 158. 
e 
î’i 
(1) 
h = - = - (2), 
3 7*3. 
nous avons alors immédiatement par (1) et (2) : 
e_x_râ 
~ n ~ r3 
d’où x = )\ X 
Vi . 
?’3 
on forme donc un circuit conforme à la figure en mettant sur une branche la résistance 
à mesurera; et une résistance n. On peut formera branche ADB soit avec des résistances 
fixes, et on aura l’équilibre en ajustant n, soit avec un fil le long duquel on déplace un 
curseur D, on a alors le rapport — par le rapport des distances AD et DB. 
III. Mesure des intensités. — La méthode la plus simple est celle de l’ampèremètre, 
mais on peut avoir besoin d’un peu plus de précision. Dans ce cas, il faut avoir recours
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.