Bauhaus-Universität Weimar

944 
FACIAL (Nerf). 
tion était plus ou moins complète. Dans uu cas où tout le nerf trijumeau avait été coupé, 
sauf une partie de la branche maxillaire supérieure, et où le nerf facial avait échappé à 
toute atteinte de l’instrument, la corde du tympan était complètement altérée. On voit 
que les résultats de cette deuxième série d’expe'riences sont, sauf ce dernier cas, peu pré¬ 
cis. Il est d’ailleurs difficile de voir ce que la section du facial peut ajouter ou enlever à 
leur signification, comme Vulpian paraît l’admettre; puisque, étant isolée, elle ne retentit 
pas sur l’intégrité de la corde, il n’y a pas de raison pour que, étant associée à la sec¬ 
tion du trijumeau, elle ait quelque influence. 
Nous pouvons donc nous en tenir à la première partie de ces expériences. C’était, du 
reste, l’avis de Vulpian lui-même, puisque, plus tard, lorsqu’il arrive à considérer la 
corde du tympan comme provenant exclusivement du facial, il dit qu’elle est soumise 
tout entière à l’influence trophique du ganglion géniculé, et ajoute : « C’est pour cela que, 
comme je l’ai montré en 1878, les fibres de la corde du tympan restent intactes à la 
suite de la section intracrânienne du facial, tandis que celles des autres branches de ce 
nerf subissent toutes l’altération atrophique. » 
Quand on croyait que tous les nerfs crâniens avaient leur centre trophique dans 
l’axe gris, l’absence d’altération de la corde du tympan à la suite de la section du facial 
et du nerf de Wrisberg a précisément servi d’argument pour nier la continuation de la 
corde avec le nerf intermédiaire : aujourd’hui que nous savons que les nerfs sensitifs 
crâniens ont leur centre d’origine en dehors de l’axe, elle est au contraire une preuve 
de plus en faveur de cette continuation. Si Vulpian avait porté son attention sur le 
nerf de Wrisbebg lui-même, il eût sans doute trouvé son bout ganglionnaire intact, 
comme la corde du tympan elle-même, et son bout bulbaire dégénéré. 
Tous ces faits concordent, pour faire de la corde du tympan, du ganglion géniculé et 
du nerf de Wrisberg, un même système, à fonction sensitive. Sapolini, comme on l’a vu, 
a proposé de lui réserver une place à part comme 13e nerf crânien. Mais ainsi que le 
fait remarquer Cunéo (Anat. de Poirier, iii), cette manière de voir est passible de mul¬ 
tiples objections. En premier lieu, la corde du tympan ne contient pas seulement des 
fibres sensitives, elle possède également des fibres centrifuges, égales, et peut-être même 
supérieures, en nombre aux fibres gustatives. De plus, toutes les fibres de l’intermé¬ 
diaire ne passent pas par la corde, puisque His a trouvé que le ganglion géniculé pos¬ 
sédait sept fois plus de cellules nerveuses que la corde du tympan ne contient de fibres. 
Il faut donc admettre qu’une partie des fibres de l’intermédiaire aboutit à d’autres 
rameaux que la corde. C’est, comme on le voit, la conclusion que nous avons aussi cru 
pouvoir tirer des observations de Rosario Amabilino. 
3° Cependant, tout en considérant le nerf de Wrisberg comme la partie sensitive du 
facial, il est permis de le rattacher à la IXe paire. On sait que cette opinion a été sou¬ 
tenue par Duval, qui avait tiré de ses recherches la conclusion que le nerf de Wrisberg 
est une racine erratique du glosso-pharyngien (Voir aussi Cannieu, C. R., 1895, 120) : 
celui-ci devenait donc le seul nerf du goût en donnant directement la sensibilité gustative 
à la base de la langue par ses filets propres et médiatement par la corde du tympan à 
la partie antérieure de l’organe. 
Duval avait dit, à l’appui de sa manière de voir, que les derniers filets radiculaires 
auxquels la colonne grise du glosso-pharyngien donne naissance par son extrémité supé¬ 
rieure, forment le nerf de Wrisberg (Voir fig. 275, 276 et 277). 
D’après van Gehüchten, les idées que nous avons acquises maintenant permettraient 
de rejeter cette interprétation. Le trigone du glosso-pharyngien et du nerf vague n’est 
pas, dit-il, un noyau qui donne naissance à des fibres périphériques, mais un noyau 
terminal. Les noyaux d’origine des nerfs sensitifs se trouvent en dehors de Taxe cérébro- 
spinal. Il est vrai : mais si, au lieu de dire avec Duval que les fibres du nerf de Wrisberg 
naissent du noyau du glosso-pharyngien, nous disons que, nées du ganglion géniculé, 
elles aboutissent à ce noyau, la communauté anatomique et physiologique redevient 
évidente. De même que, parmi les fibres contenues dans le tronc même du glosso-pharyn¬ 
gien, les unes ont leur centre d’origine dans le ganglion d’ANDERSCH, d’autres dans le 
ganglion d’EiiRENRiTTER, un certain nombre d’entre elles trouvent leur centre dans le 
ganglion géniculé; mais, en définitive, les trois groupes de fibres convergent vers un 
noyau terminal unique.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.