Bauhaus-Universität Weimar

888 
ÉTHYLE (Dérivés de F). 
Lorsque l’acide est monovalent, il ne peut y avoir qu’un composé neutre : 
Ex. L’azotate d’éthyle (C2H8)Az03 dérivé de l’acide azotique. 
L'azotite d’éthyle (C2H3)Az02 dérivé de l’acide azoteux. 
Avec les acides polyvalents on peut obtenir plusieurs composés, certains d’entre eux 
possèdent en même temps que la fonction éther une ou plusieurs fonctions acides. 
L’acide sulfurique donne deux dérivés : 
L'acide sulfovinique............. (C2H3)S04H. 
Le sulfate d’éthyle............. (C2Hs)2SOL 
L’acide phosphorique donne trois dérivés : 
L’acide éthylphosphorique ou phosphovmique. (C2H3)P04H2. 
L’acide diéthylphosp borique......... (C2H3)2P04H. 
Le phosphate triéthylique........... (C2H3)3P04. 
L’éthyle est aussi susceptible de se combiner avec les métaux pour donner des dérivés 
organo-métalliquès, dont on a très peu étudié les propriétés physiologiques (Voy. Mer¬ 
cure, Zinc). 
L’éthyle se subtitueaux hydrogènes de l’ammoniaque pour donner des ammoniaques 
composées : les éthylamines. 
L’éthylamine (C2H5)AzH2 est un liquide léger, mobile, bouillant à 18°,7, doué d’une 
odeur ammonicale très pénétrante; elle est aussi caustique que l’ammoniaque. Elle donne 
avec les acides des sels bien cristallisés. La diéthylamine (C2H5)2A2H est un liquide 
inflammable, qui bout à 57°, qui ressemble beaucoup à l’éthylamine dans toutes ses réac¬ 
tions. La triéthylamine (C2H3)3Az est un liquide incolore, inflammable, plus léger que 
l’eau dans laquelle elle est peu soluble, elle bout à 91°. L’hydrate de tétréthylammonium 
(C2Hà)+AzOH en solution dans l’eau possède les principaux caractères et les réactions de 
la potasse; il est fortement alcalin, d’une saveur très amère et très caustique, et agit sur 
l’épiderme comme la potasse. 
Tous ces composés donnent avec les acides des sels bien cristallisés. 
On retrouve ces dérivés dans les produits de putréfaction des matières azotées et 
albuminoïdes. L’éthylamine a été signalée dans la farine putréfiée et dans la levure de 
bière avancée. On a rencontré la diéthylamine dans les poissons altérés par la putréfac¬ 
tion, dans des saucisses et autres préparations de viandes conservées et altérées, dans 
le bouillon putréfié. La triéthylamine a été retrouvée à côté de la mono et de la diéthyla¬ 
mine dans les produits de putréfaction des peptones. A. Gautier les range au nombre 
des ptomaines cadavériques d’origine bactérienne indéterminée. 
Nous n’entrerons pas dans de plus amples détails sur les très nombreux dérivés de 
l’éthyle. Nous n’étudierons que ceux qui ont été l’objet d’applications thérapeutiques 
ou de recherches physiologiques. 
Chlorure d’éthyle (G2H3C1). — Éther chlorhydrique ou éthane monochloré. Ce 
composé était connu des anciens chimistes, mais Robiquet et Collin ont les premiers 
fait connaître sa composition. On le prépare en faisant réagir l’acide chlorhydrique sur 
l’alcool. C’est un liquide incolore, d’odeur aromatique assez forte, légèrement alliacée, 
de densité = 0,9214 à 0°. Il bout à 11° et se solidifierait à — 18° (Löwig). Les vapeurs de 
ce composé sont très combustibles et brûlent avec une flamme bordée de vert en déga¬ 
geant de l’acide chlorhydrique. 
L’éther chlorhydrique est souvent employé mêlé à son poids d’alcool. Ce mélange 
constitue l’éther muriatique alcoolisé des pharmacies. En raison de sa grande volatili¬ 
sation, on utilise ses propriétés réfrigérantes comme anesthésique local. Il faut prendre 
quelques précautions pour éviter une gelure par une application trop prolongée du jet 
réfrigérant. Les dangers de l’emploi du chlorure d’éthyle sont les mêmes que ceux du 
chlorure de méthyle; mais sensiblement atténués en raison de la différence des points 
d’ébullition. Les vapeurs de chlorure d’éthyle, en inhalations, provoquent l’anesthésie 
générale, par un mécanisme analogue à celui de l’éther. L’anesthésie obtenue est rapide; 
mais fugace. Son action )est semblable à celle de l’éther. La commission anglaisé des
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.