Bauhaus-Universität Weimar

ESTOMAC. 
719 
l’état psychique de l'animal exercerait, au contraire, une influence considérable sur les 
sécrétions gastriques. Alors que, sur un animal attaché sur la table d’expérience, il est 
difficile d’obtenir par les moyens ordinaires la sécrétion re'flexe de l’estomac, ces mêmes 
moyens réussissent, lorsqu’on opère sur un animal mis en liberté ou qui est habitué à 
ce genre d’opérations. D’autre part, les recherches de Pavlow et ses élèves nous ont 
appris que la sécrétion psychique est d’autant plus abondante et d’autant plus riche en 
acide et en pepsine, que les animaux sur lesquels on opère ont le sentiment de la faim 
plus développé. Tout porte donc à croire que les influences nerveuses jouent un rôle 
des plus importants dans la marche des sécrétions gastriques. 
e) Variations de la sécrétion chlorhydrique dans les diverses maladies. — Depuis 
l’époque où Van den Velden annonça que le suc gastrique ne renferme pas d’acide chlor¬ 
hydrique libre dans le cancer de l’estomac, l’étude des variations de la sécrétion chlor¬ 
hydrique dans les diverses maladies est devenue un des chapitres les plus considérables 
de la pathologie stomacale. Naturellement on est arrivé, au cours de cette étude, aux 
résultats les plus opposés, car la sécrétion chlorhydriqne dépend d’un grand nombre de 
facteurs, et ceux-ci ne sont pas toujours également influencés par une même maladie. 
Ainsi, dans le cancer de l’estomac, comme dans toute autre maladie de cet organe, les 
changements survenus dans la sécrétion chlorhydrique varient de caractère et d’intensité 
suivant la place et l’étendue de la lésion, l’état de dégénérescence plus ou moins avancé 
des cellules sécrétantes, les conditions d’activité des appareils glandulaires (innervation, 
circulation, composition chimique du sang), etc. Tout cela explique suffisamment pour¬ 
quoi une même maladie peut dévier dans les sens les plus divers la marche de la sécré¬ 
tion chlorhydrique. C’est ainsi que, contrairement aux observations de Van den Velden, 
beaucoup de médecins ont signalé l’existence de l’acide chlorhydrique libre dans les sécré¬ 
tions des estomacs cancéreux, et que d’autres auteurs ont montré qu’on ne pouvait pas 
considérer l’hyperchlorhydrie comme un symptôme caractéristique de l’ulcère de l’esto¬ 
mac. On est donc réduit à constater que la sécrétion chlorhydrique subit des change¬ 
ments notables sous l’influence des maladies, mais il est complètement impossible de 
fixer la loi de ces changements. Ceux qui s’intéresseront à l’étude de cette question 
trouveront dans la partie bibliographique de cetarticle tous les renseignements désirables. 
Parmi les innombrables classifications qu’on a proposées pour désigner les troubles 
de la sécrétion chlorhydrique dans les diverses maladies de l’estomac, les termes les plus 
employés sont les suivants : anachlorhydrie, hypochlohydrie, hyperchlorhydrie. Le premier 
de ces termes indique l’absence deTacide chlorhydrique dans le contenu stomacal; mais ce 
trouble peut [affecter deux formes différentes, suivant qu’il s’agit de l’acide chlorhydrique 
libre ou de l’acide chlorhydrique total. L’absence simultanée de l’acide chlorhydrique libre 
et des combinaisons chlorées organiques est un phénomène absolument rare, qui ne se 
présente pour ainsi dire que dans l’atrophie complète de la muqueuse gastrique, 
achylie gastrique grave des auteurs allemands. Ce symptôme indique l’absence de toute 
sécrétion chlorhydrique, et il a la plus grande gravité. Quant à la disparition de l’acide 
chlorhydrique libre, elle est bien plus fréquente que l’absence totale de l’acide 
chlorhydrique, mais elle est loin d’avoir la même signification. C’est cette variété d’ana- 
chlorhydrie qui accompagne le plus souvent le cancer de l’estomac et que Van den Vel¬ 
den a signalée pour la première fois. 
En ce qui concerne l’hypochlorhydrie, sa valeur sémiologique est des plus restreintes, 
car ce trouble se présente tout aussi bien dans les affections propres de festomac que 
dans les maladies localisées sur d’autres organes ou dans les processus morbides d’un 
ordre général. On dit qu’il y a hypochlorhydrie lorsque la proportion d’acide chlorhy¬ 
drique libre dans le contenu stomacal tombe au-dessous de 1 à 0,5 p. 1 000 d’acide 
chlorhydrique, mais c’est là un chiffre arbitraire qui ne saurait exprimer la valeur 
moyenne de l’acidité normale du suc gastrique chez l’homme. Cette limite varie 
beaucoup d’une expérience à l’autre, comme le montre le tableau donné plus haut. 
Il est donc difficile de. décider quand il y a un véritable excès d’acide chlorhydrique 
dans le contenu stomacal. Kœvesi a trouvé, en adoptant la moyenne d’acidité totale, de 
2,36 p. 1000 d’acide chlorhydrique, et en rapportant à cette moyenne ses propres obser¬ 
vations et les observations d’autres auteurs, que la proportion d’hyperchlorhydriques n’est 
pas la même pour les divers pays. Ainsi, d’après Jaworski, la proportion d’hyperchlorhy-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.