Bauhaus-Universität Weimar

696 
ESTOMAC. 
sur la présure. Le contenu stomacal, mélangé avec 40 p. 100 d’huile neutre, conserve 
tout son pouvoir coagulant. 
Les substances antiseptiques sont en général nuisibles au labferment. Parmi ce es-ci 
nous citerons l’acide salicylique (Kolbe, Kirchener), la glycérine (Monk), l’essence de 
moutarde (Schwalbe) et l’aldéhyde formique. Poitevin a fait spécialement 1 etude de ce 
dernier corps. Il a trouvé les retards suivants de la coagulation en ajoutant à un m me 
volume de lait des quantités différentes d’une solution neutre de formol à 40°. La 
colonne R représente le rapport qui existe entre le temps de coagulation du lait témoin 
et du lait antiseptisé. 
TEMPS 
de coagulation 
du lait 
FORMOL 
en grammes 
R. 
témoin en minutes. 
par litre. 
15 
1 
2 
27 
0,8 
1.7 
27 
1,6 
00 
27 
2,4 
oo 
65 
0,8 
1,8 
65 
5,2 
très grand. 
65 
1,6 
00 
Lorsqu’on augmente les quantités de présure, les doses nécessaires pour empêcher 
la coagulation s’élèvent. Enfin, si l’on maintient la présure au contact des solutions con¬ 
centrées de formol, elle devient tout à fait inactive, , 
Freudenreich a vu aussi, en faisant agir directement uncertain nombre d antiseptiques 
sur la présure; le chloroforme, le bichromate dépotasse, le thymol, et l’aldéhyde for¬ 
mique, qu’elle perd plus ou moins ses propriétés coagulantes. La glycerine se montre 
complètement inoffensive, ainsi que le prouve le fait suivant. Une tablette de Hansen, 
dissoute dans la glycérine pure, conserve au bout de soixante-deux jours tout son 
pouvoir coagulant. Ce dernier résultat semble en contradiction avec les expériences 
de Munk; mais il est possible que la glycérine ne détruise pas la présure, tout en 
gênant l’activité de ce ferment lorsqu’on l’additionne au lait. Les deux données ne sont 
pas nécessairement contradictoires. Freudenreich, étudiant l’influence du salol sur la 
présure, semble la considérer comme nulle, mais l’expérience qu il a faite a ce sujet 
ne permet pas d’en tirer une conclusion précise. n 
Le borax et l’acide borique sont aussi des agents paralysants de la presure. D après 
Duclaux la coagulation d’un lait additionné de 1 p. 1000 de borax devient quatre fois 
plus lente qu’à l’état normal, et, si on double la proportion de ce sel, le retard de la coa¬ 
gulation augmente de seize fois. Avec l’acide borique, le retard est encore plus conside¬ 
rable. La coagulation devient cinq fois plus lente avec 1 p. 2 000 d acide borique, et vingt 
fois plus lente avec l p. 1000. , 
a) Procédés de mesure de l’activité des liqueurs coagulantes. - Quand on veut étu¬ 
dier comparativement la puissance coagulante de plusieurs solutions de labferment, on 
doit commencer par placer ces solutions dans des conditions d’activité absolument sem¬ 
blables. Qu’il s’agisse d’un suc gastrique naturel, d’un suc gastrique artificiel, ou d une 
solution de présure industrielle, la première condition à remplir, c est de neutiaiiseï 
exactement ces solutions, afin d’éviter que leurs différences de reactions ne viennent 
fausser les résultats. Cela fait, on prendra un volume egal de chacune de ces solutions 
qu’on mélangera avec un volume donné d’un même lait, et on placera les divers 
mélanges à l’étuve à une température de 37» ou 40«. Le temps de coagulation de ces 
divers mélanges donnera la mesure de leur activité. 
Cette détermination comporte quelques erreurs. Tout d’abord les liquides qu on ana¬ 
lyse peuvent, tout en ayant la même réaction, avoir une composition saline ties diffe¬ 
rente! Tel p ut être le cas du suc gastrique impur, dont la composition chimique 
varie considérablement suivant le genre d’alimentation. Il faut alors oujours se servir du 
même repas d’épreuve. Mais, comme cette précaution n est pas facile a rempln, qui 
“auÏÏe mieux, c’est de diluer le suc gastrique avec de l’eau acidulée et de le soumettre 
ensuite a une dialyse prolongée afin de le débarrasser aussi complètement que possible
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.