Bauhaus-Universität Weimar

586 
ESTOMAC. 
L’estomac des Chéloniens représente, au point de vue histologique, un organe de 
transition entre l’estomac des Amphibiens et l’estomac des Oiseaux. Certaines espèces, 
comme Emys Europea et Testudo graeca, possèdent les mêmes éléments glandulaires que 
les Batraciens et que les deux premiers ordres de Reptiles. Les glandes du cul-de-sac 
de l’estomac (fig. 250) contiennent à la fois des cellules claires de forme cubique ou pris¬ 
matique et’des cellules fortement granulées, polyédriques, qui se colorent facilement par 
Fig. 250. — Estomac du Emys europea. Région du fond (pre¬ 
mière portion de l’estomac). Section transversale. D’après 
Oppel. 
E, épithélium superficiel/—H, col des glandes, — Dh, tube des 
glandes. — Z,, folicules lymphatiques. — MM, muscularis 
mucosa. — G, vaisseaux. — Subm, submuqueuse. 
Fig. 251. — Estomac du Emys euro¬ 
pea. Région du pylore. — Sec¬ 
tion transversale. D’après Oppel. 
E, épithélium superficiel. — Dr-, 
glandes. — MMR et MML, fibres 
de la muscularis mucosa. 
l’éosine et dont tous les caractères rappellent les cellules de bordure des Mammifères. 
Quant aux glandes de la région pylorique (fig. 251), elles sont aussi des glandes à sécré¬ 
tion muqueuse qui semblent formées par l’invagination de l’épithélium superficiel, dont 
les cellules subissent de ce fait quelques légères transformations. Chez d’autres espèces 
de Chéloniens, Thalassochelys caretta par exemple, la structure de l’estomac est beau¬ 
coup plus compliquée (fig. 252 et 253). Tout d’abord, la région pylorique de la muqueuse a 
une étendue plus considérable que chez les autres espèces de Reptiles. Les glandes de 
cette région se rapprochent en outre des glandes de l’estomac musculeux des Oiseaux et 
des glandes pyloriques des Mammifères. D’autre part, les glandes de la région du fond 
offrent aussi une grande ressemblance avec les glandes peptiques du ventricule des 
Oiseaux. L’examen au microscope d’une glande pylorique appartenant à un animal de 
cette espèce, nous fait voir que les éléments caractéristiques de cette glande sont formés 
par de grosses cellules à protoplasma peu granulé, mais beaucoup moins réfringent 
que le protoplasma des cellules claires qui constituent le col des glandes cardiaques. Ces 
éléments se différencient des cellules de l’épithélium superficiel par leurs affinités colo¬ 
rantes et par leur manque absolu de la partie, supérieure ou muqueuse. Les glandes car¬ 
diaques présentent trois sortes de cellules. L’ouverture du tube glandulaire est tapissée 
par l’épithélium cylindrique superficiel dont chaque cellule possède une partie protonde,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.