Bauhaus-Universität Weimar

50 
DIGITALE. 
L’excitation interstitielle du myocarde, réalisée par une injection de liquides irritants 
dans les artères coronaires, est capable de produire un tétanos parfait avec fusion com¬ 
plète des secousses, et contracturé persistante, comme celui d’un muscle strié soumis à 
des décharges induites fréquentes et se tétanisant progressivement, alors que les excita¬ 
tions superficielles ne produisent qu’un tétanos imparfait à secousses dissociées, ne se 
fusionnant pas en contracture soutenue : c’est à ce dernier mode d’excitation que l’action 
de la digitaline est comparable. L’analogie se poursuit même plus loin, caries influences 
qui atténuent la réactivité directe du myocarde à ces excitations superficielles, comme 
l’intervention du chloral, de la cocaïne, par exemple, rendent aussi le cœur moins 
impressionnable à l’action de la digitaline. 
Cette analogie est même si parfaite que l’on pourrait superposer les courbes du téta- 
|JÊ^.3lor*t sub.p.Far.y.çj. 
Fig. 22 _ Graphiques de la mort du cœur par la digitaline et par la faradisation directe. 
i Chien empoisonné par 10 milligrammes de digitaline cristallisée Adrian: — 2, faradisation totale du cœur 
’ hez un chien, marquée par la lettre E ; — 3, faradisation locale du ventricule droit chez un chat, marquée 
par la lettre E. — La phase toxique terminale de la courbe 1 (digitaline) est abrégée et moins marquée, à 
cause de la cocaïnisation préalable de l’animal. 
nos dissocié des ventricules produit par la digitaline et de celui que détermine la sti¬ 
mulation périphérique directe par un courant faradique. La digitale n’est d’ailleurs pas 
le seul des poisons cardiaques avec lequel s’observe une pareille concordance; et l’assi¬ 
milation avec les excitations faradiques directes est d’autant plus étroite et parfaite qu’on 
leur compare l’action déterminée par un principe actif plus rigoureusement purifié. La 
digitaline très pure, comme la strophantine d’ailleurs, manifeste une énergie toxique nette¬ 
ment plus accentuée que celle déterminée par les variétés de digitalines commerciales 
insuffisamment purifiées et renfermant encore des proportions plus ou moins conside¬ 
rables de digitaléine. La phase de ralentissement initial se trouve alors, sinon supprimée, 
du moins fort écourtée; les troubles de rythme sont moins dissociés, et la mort du cœur 
arrive à dose moindre, et avec des accidents tétaniques plus subits et plus précoces. 
C’est là ce qui a fait dire à Françqis-Franck que la digitoxine (allemande) était plus 
active, plus toxique que la digitaline (française), interprétation inexacte à mon avis, 
aussi bien en vertu de considérations chimiques que physiologiques, et qu’il serait
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.