Bauhaus-Universität Weimar

m 
ÉMULSINE. 
que Bouchardat (42) a montré pour l’acide cyanhydrique, la créosote, l’éther sulfurique, 
le chloroforme, diverses essences (essences de térébenthine, de citron, d’anis, de girofle, 
de moutarde). lien est de même du thymol, du phénol, du fluorure de sodium (Arthus 
et Hüber [43]), et sans doute de beaucoup d’autres antiseptiques. 
Bouchardat (42), étudiant l’influence de divers agents chimiques (employés à la dose de 
1 p. 100) sur l’activité de l’émulsine, a vu que la réaction sur l’amygdaline et sur la sali- 
cine n’était pas ralentie par le bicarbonate de soude, l’acide acétique, l’acide formique, 
l’iodure de potassium, le cyanure de mercure, le sulfate de soude, le sulfate de magné¬ 
sie, l’acide arsénieux, l’arséniate de soude. La magnésie, l’ammoniaque, le carbonate 
d’ammoniaque, l’acide tartrique, le sulfate de cuivre, le sulfate de zinc, le sulfate de fer 
ralentiraient seulement l’action de l’émulsine. Le dédoublement des glucosides n’aurait 
pas lieu en présence de chaux, de soude caustique, d’acides nitrique, sulfurique, chlo¬ 
rhydrique, oxalique. 
Bougarel (41) opérait en délayant 1 gramme de tourteau d’amandes dans 30 grammes 
d’eau et en ajoutant au mélange, en proportion déterminée, la substance à étudier. L’ad¬ 
dition de 1 à 2 centimètres cubes d’alcool a empêché la formation d’acide cyanhydrique; 
il en était de même du sublimé à la dose de 0sr,50 pour 30 centimètres cubes. Le borate 
de soude, l’acidè benzoïque, l’acide borique, même à la dose de 1 gramme pour 30 n’ont 
eu aucune action. Le chloral s’est également montré inactif à la même dose, d’où Bou- 
saRel conclut « que la substance active du ferment ne doit pas être une matière albumi¬ 
noïde semblable aux autres, car elle aurait dû être modifiée par ce corps qui entre si 
énergiquement en combinaison avec les albumines ». 
Jacobson (44), à l’occasion de ses recherches sur la propriété que possèdent les fer¬ 
ments de décomposer l’eau oxygénée, a trouvé que le salicylate de magnésie (2 gr. pour 
100 cc.), l’azotate de strontium (ier,25 pour 100 ce.), le sous-nitrate de bismuth (1 gr. 
pour 100 cc.), le nitrate de baryte, le nitrite de sodium (0,10 à 0,1b pour 100 cc.), l’hy- 
droxylamine, le cyanamide, le cyanure de mercure n’empêchent pas l’action de l’émul- 
sine sur les glucosides. Il en serait tout autrement pour le sulfure de sodium (1 gr. pour 
100 cc.) et le sulfocyanure de potassium (1 gr. pour 100 cc.) qui entraveraient complète¬ 
ment l’action. 
. Tous les résultats précédents s’appliquent à l’émulsine des amandes; à peu près exclu¬ 
sivement qualitatifs, ils sont en réalité bien vagues, et surtout assez peu comparables 
entre eux, à cause de la diversité des méthodes qui les ont fournis. Il est impossible, dans 
la plupart des cas, de savoir si le ferment a été détruit par le réactif ajouté, ou si seule¬ 
ment son action a été suspendue. Jacobson a trouvé, pour les conditions dans lesquelles 
il a opéré, que la potasse agissait en détruisant l’émulsine, l’action de cette dernière ne 
se manifestant pas de nouveau par neutralisation, tandis qu’au contraire l’acide chlorhy¬ 
drique suspendait seulement cette action; venait-on à neutraliser l’acide ajouté, le dédou¬ 
blement avait lieu. 
Si l’on précipite une solution d’émulsine d’amandes parle tanin en excès,le mélange 
obtenu n’agit plus sur l’amygdaline; il en est de même de la liqueur débarrassée par 
filtration du précipité qui s’est formé; par contre, le précipité égoutté sur le filtre et mis en 
suspension dans de l’eau distillée, dédouble énergiquement l’amygdaline (Hérissey [45]). 
La large répartition de l’émulsine, en particulier dans le monde végétal, doit évidem¬ 
ment lui faire attribuer un rôle important dans la nutrition cellulaire; mais c’est là un 
point sur lequel nous sommes à peu près complètement ignorants à l’heure actuelle. 
Lorsque la diastase agit sur l’amidon, il y a exclusivement formation d’hydrates de car¬ 
bone assimilables par la plante, cette dernière mettant ainsi en œuvre une matière pré¬ 
cédemment placée en réserve. Mais, lorsque Témulsine dédouble les glucosides, s’il y a 
d’un côté formation de glucose assimilable, il y a, d’autre part, production simultanée 
de divers composés, alcools aromatiques, phénols, aldéhydes, etc., composés qui, dune 
façon générale, sont toxiques pour la cellule vivante. On en est ainsi amené à se deman¬ 
der comment se fait exactement le dédoublement de glucosides dans les plantes. Si ce 
dédoublement se produit de la même façon que nous voyons 1 émulsine le déterminer in 
vitro, il faudrait sans doute admettre que les composés toxiques formés sont repris 
immédiatement pour servir à la synthèse de principes plus complexes.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.