Bauhaus-Universität Weimar

422 
ÉLECTROTONUS. 
cathodique à la fermeture. Les intensités moyennes donnent des secousses à la fermeture 
et à l’ouverture des deux directions du courant, parce que dans ce cas les modifications 
électrotoniques de l’excitabilité et de la conductibilité ne sont très prononcées ni dans un 
sens, ni dans l’autre; l’intensité moyenne suffit pour produire une excitation anodique 
à l’ouverture ; mais elle ne peut pas engendrer un état anélectrotonique assez fort pour 
enrayer le passage de l’excitation cathodique. Un état pareil se produit seulement lorsque 
le courant est fort : dans ce cas, le courant ascendant ne donne pas de secousse de fer¬ 
meture, l’excitation cathodique ne pouvant pas se propager vers le muscle à travers la 
région anélectrotonique dont l'excitabilité et la conductibilité ont sensiblement diminué; 
d’autre part, le courant descendant ne produit pas de secousse à l’ouverture de l’anode, 
ne pouvant pas, malgré sa grande intensité, irriter la partie anodique intra-polaire deve¬ 
nue peu excitable. Dans ce dernier cas, les effets consécutifs de l’électrotonus jouent aussi 
un certain rôle. Comme il a été dit plus haut, les modifications de l’excitabilité persistent 
à l’ouverture du courant polarisateur, mais dans un sens inverse ; il peut donc se produire 
à l’ouverture du courant une diminution de l’excitabilité et de la conductibilité de la 
région cathodique, laquelle pourrait ainsi opposer une forte résistance au passage de 
l’excitation anodique d’ouverture et enrayer la transmission du processus de l’excitation 
au muscle. Ajoutons qu’à une forte intensité du courant la diminution de l’excitabilité 
dans le catélectrotonus peut se produire même pendant la durée de l’action du courant 
polarisateur quelque temps après sa fermeture [Hermann, Werigo (70)]. Ce fait explique 
certaines irrégularités de la loi des secousses constatées par différents observateurs 
[Dutto (71)]. Il faut aussi savoir que dans un nerf (après la mort) l’excitabilité augmente 
avant de disparaître, et que l’augmentation de l’excitabilité a lieu surtout au voisinage 
de la section. Or, dans la période de l’excitabilité exagérée d’un nerf en voie de mort, 
les courants faibles produiront des effets égaux à ceux des courants moyens ou forts; 
on obtiendra alors des secousses non seulement de fermeture, mais aussi d’ouverture, et 
même exclusivement ces dernières (Bezold et Rosenthal). 
Il impoi’te de remarquer que tout ce qui modifie soit le degré des manifestations élec¬ 
trotoniques de l’excitabilité, soit l’action excitante du courant, influe sur la régularité 
des effets obtenus et fait varier la formule de la loi des secousses. Aussi faut-il, dans ce 
genre d’expérience, prendre en considération l’influence de l’étendue du nerf irrité, celle 
de la durée du courant et de sa direction par rapport à l’axe du nerf. L’affirmation de 
Galvani relative à l’inefficacité du courant transversal est encore maintenant soutenue 
par certains physiologistes [Fick (72), Hermann (73), [Albrecht, Mayer et Giuffré (74)], 
quoique combattue par d’autres [Tchiriew (75), Gad (76), et Kurtschinsky (77)]. II est 
certain que, même si le courant transversal irrite le nerf, l’effet de son excitation doit 
être de beaucoup inférieur à celui que l’on obtient si l’on a disposé les électrodes dans 
l’axe longitudinal du nerf; en tous cas, le nerf vivant oppose pour sa conductibilité 
une résistance cinq ou six fois plus grande au courant transversal qu’au courant longi¬ 
tudinal. 
La loi des secousses formulée pour les irritants électriques a été aussi confirmée pour 
les irritants chimiques et mécaniques [Pflüger, Tigerstedt (78)]. 
La loi des secousses fut déterminée non seulement pour l’excitation bi-polaire, mais 
aussi pour l’excitation mono-polaire, la seule du reste qui permette d’étudier la succession 
des secousses provoquées par l’excitation d’un nerf, ayant conservé ses rapports anato¬ 
miques et situé sous la peau intacte. On doit à Chauveau (68) d’avoir trouvé l’ingénieuse 
méthode d’excitation mono-polaire, qu’il ne faut pas confondre avec les faits d’induction 
unipolaire observés avec les appareils d’induction (du Bois-Reymond) et qui consiste à 
irriter le nerf avec une seule électrode, l’autre étant placée à un endroit éloigné, ce qui 
permet d’isoler l’action de chacun des deux pôles [Charpentier (69)]. En comparant 
l’activité des deux pôles pendant le passage du courant de pile, Chauveau a obtenu les 
résultats suivants : il existe, pour tout sujet dont les nerfs sont en parfait état physiolo¬ 
gique, une certaine intensité-type du courant, qui produit, à la suite d’une excitation 
positive et négative, des contractions égales à la fois en grandeur et en durée; au-dessous 
de cette intensité, l’activité du pôle négatif est plus grande, au-dessus, c’est le pôle positif 
qui présente la plus grande activité, et cette différence d’action des deux pôles croît avec 
l’intensité du courant. L’influence de l’excitation unipolaire sur les nerfs de sensibilité
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.