Bauhaus-Universität Weimar

412 
ELECTROTONUS. 
♦ 
vers les deux extrémités du nerf. Les courbes np et nq représentent la répartition des 
potentiels dans les deux régions extra-polaires. La courbe pq indique la répartition 
probable des tensions électriques dans la partie intra-polaire dont les modifications élec¬ 
trotoniques sont encore 
peu connues. Les cou¬ 
rants électrotoniques se 
dirigeant des deux côtés 
de la partie intra-po- 
~n' laire dans le sens du 
courantpolarisateur,on 
peut en conclure que 
dans l’électrotonus tous 
les points du nerf situés 
du côté du pôle positif 
deviennent plus positifs 
Fig. 204. — Électrotonus, a, anélectrotonus ; k, catélectronus. 
et tous les points situés du côté du pôle négatif deviennent plus négatifs qu’ils ne l’étaient 
auparavant ; autrement dit chaque point du nerf se comporte négativement vis-à-vis 
d un autre point placé en avant dans la direction du courant polar isateur. De cette façon, les 
courants électrotoniques (cat- et anélectrotoniques) allant tous les deux dans la direction 
du courant polarisateur dévieront dans deux sens opposés les aiguilles des galvano¬ 
mètres auxquels ils sont dérivés. En effet, de deux points dérivés dans la région extra¬ 
cathodique le point proximal (celui qui est le plus rapproché de la cathode du courant 
polarisateur) sera négatif par rapport au point distal (courant catélectrotonique), tandis 
que, dans la région extra-anodique, c’est le point distal (le plus rapproché de l’anode 
du courant polarisateur) qui sera négatif par rapport au point proximal (courant 
anélectrotonique). 
De nombreuses recherches, faites par du Bois-Reymond et confirmées par d’autres, 
prouvent que les phénomènes de l’électrotonus sont intimement liés aux propriétés 
vitales et à l’intégrité absolue'du nerf, et ne sont nullement produits par une dérivation 
du courant polarisateur dans le circuit galvanométrique. Ces phénomènes ne se pro¬ 
duisent pas dans des fils humides, qui présentent certainement de bien meilleures 
conditions pour la dérivation du courant que le nerf; ils diminuent et disparaissent 
dans les nerfs morts et dégénérés [Schiff (2) et Valentin (3)]. Les courants électroto¬ 
niques constatés par certains observateurs dans les nerfs morts ou complètement dégé¬ 
nérés [Grünhagen (4)J doivent être attribués aux simples dérivations du courant polari¬ 
sateur. Une ligature ou une section du nerf entre la partie polarisée et la partie 
électrotonisée supprime immédiatement l’électrotonus, lequel ne réapparaît plus, même si 
l’on met en contact les deux surfaces sectionnées. Ce fait prouve avec évidence que la 
production de l’électrotonus, ainsi que la propagation du processus d’excitation, cons¬ 
titue un phénomène lié étroitement à l’intégrité absolue de la continuité du nerf. La 
ligature du nerf entre sa partie polarisée et sa partie dérivée sert de critérium certain 
pour distinguer les vrais courants électrotoniques des courants accidentels dérivés du 
courant polarisateur. Les phénomènes électrotoniques diminuent et disparaissent pour 
un temps plus ou moins long sous l’action des anesthésiques [ Biedermann (3), Waller (6)]. 
Tous ces faits démontrent incontestablement que l’électrotonus n’est pas un phéno¬ 
mène simplement physique, mais qu’il dépend des propriétés vitales et de l’intégrité 
structurale du nerf. 
L'intensité des courants électrotoniques varie suivant : 1° la force du courant polari¬ 
sateur. L augmentation ou la diminution de son intensité renforce ou affaiblit le courant 
électrotonique; ce rapport est, bien entendu, limité par l’action destructive du courant 
polarisateur, s il est de trop grande intensité; 2° la longueur de la partie intra-polaire du 
nerf parcourue par le courant polarisateur : plus cette partie est longue, plus les courants 
électrotoniques sont forts, l’ihtensité du courant polarisateur restant la même; 3° la 
longueur du trajet compris entre la partie polarisée et la partie électrotonisée : plus ce trajet 
(partie dérivante) est court, plus les courants électrotoniques sont forts; ils atteignent 
leur maximum dans la proximité immédiate des points d’applications du courant pola¬ 
risateur; 4° la direction du courant polarisateur par rapport à l’axe longitudinal du
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.