Bauhaus-Universität Weimar

ELECTRICITE. 
289 
Fig. 153. — Clef de décharge. 
un élément étalon. Pour le degré de précision nécessaire en général aux physiologistes, il 
suffit d employer! étalon du Post-office indiqué ci-dessus, dont la force électromotrice, de 
1T,08, est à peu près indépendante de la température; on peut alors opérer par les pro¬ 
cédés suivants, qui tous permettent de ne pas faire débiter sensiblement l’étalon. 
«. Méthode de l’électromètre. — On met les deux pôles de la pile étalon en commu¬ 
nication avec les deux paires de quadrants de l’électromètre à aiguille chargée, ou un 
pôle avec l’aiguille d’un électromètre symétrique, l’autre pôle étant à terre. On recom¬ 
mence avec la source dont on veut mesurer la force électromotrice, et on a celle-ci par 
le rapport des déviations. Cette méthode ne peut s’employer avec l’électromètre capil¬ 
laire, qui ne permet de mesurer que des forces électromotrices inférieures à 0V,9. 
h. Condensateur et galvanomètre balistique. — On peut aussi, en prenant un conden¬ 
sateur de capacité assez grande, obtenir par sa décharge dans un galvanomètre sensible 
une élongation balistique mesu¬ 
rable. En faisant cette opération 
avec la pile étalon d’abord, puis 
avec la source à mesurer, on a 
le rapport des forces électromo¬ 
trices par le rapport des élonga¬ 
tions. Si on prend un microfarad 
par exemple, ce qui est déjà une 
très grande capacité, la pile, 
supposée à 1 volt, ne débite 
jamais que ce qui est nécessaire 
pour le charger, c’est-à-dire un 
microcoulomb. Ceci correspond 
au débit d’une pile d’un volt pen¬ 
dant une seconde sur un mégohm. C’est absolument insignifiant pour la pile et donne 
des effets très notables au galvanomètre. 
Il faut avoir soin dans cette méthode d’opérer avec une clef de décharge permettant 
de charger et de décharger rapidement le condensateur, ce qui est indispensable à cause 
des pertes par défaut d’isolement du condensateur. La clef employée est celle de la 
fig. 153, où le ressort A est maintenu par la 
griffe B à la position de charge. En écartant B 
au moyen du bouton C, ce ressort vient buter 
sur la vis supérieure qui sert à la décharge. 
P est la pile, C est le condensateur, G le gal¬ 
vanomètre, D la clef de décharge. En abaissant la 
clef, on charge le condensateur, le galvano¬ 
mètre étant hors circuit. En laissant la clef 
©rémonter dans la position de la figure, Je con¬ 
tact est rétabli en E, la pile est hors circuit, et 
la décharge passe dans le galvanomètre. 
c. On peut aussi, quand on dispose d’un 
rnégohm ou au moins d’une très grande résis¬ 
tance métallique, prendre la déviation donnée 
par la pile étalon et par la pile à mesurer fermées successivement sur la grande résis¬ 
tance et sur un galvanomètre sensible. 
d. Méthode de Poggendorff. — Enfin la meilleure méthode est celle de Poggendorff. La 
loi de Ohm nous apprend que le long d’un circuit la répartition des potentiels est linéaire. 
Si une pile Pest fermée sur un circuit de résistance rq + r%, le courant aura une inten- 
E 
sité I = ^ Si e est la différence de potentiel entre les points A et B, nous avons 
aussi I = —. 
ï’2 
e E 
D’où - = ■—Si alors nous avons entre les points A et B une pile Pi, de force 
électromotrice précisément égale à e, et un galvanomètre ou un électromètre G, aucun 
DICT. DE PHYSIOLOGIE. — TOME V. 19 
Fig. 154.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.