Bauhaus-Universität Weimar

DIGESTION. 
9 22 
■avec une nourriture privée de germes, car il était convaincu que la vie dans ces condi¬ 
tions deviendrait impossible)). L expérience désirée par Pasteur a été récemment réalisée 
par Nutall et Thierfelder1, mais elle n’a pas confirmé son hypothèse; en effet, ces 
auteurs ont réussi a faire vivre un cobaye extrait par opération césarienne dans un milieu 
stérilisé en le nourrissant pendant huit jours avec du lait stérilisé. Au bout de ce temps 
1 animal fut tué : ses excréments étaient stériles. Quoi qu’il en soit, on peut admettre, 
étant donnée 1 existence à 1 état normal dans toute l’étendue du tube digestif de nom¬ 
breuses espèces de microbes, que ceux-ci sont de puissants adjuvants des ferments solu¬ 
bles dans la digestion par suite, des modifications de matières qu’ils opèrent, soit par 
les diastases qu ils sécrètent, soit par leur vie propre. On a réussi en effet à isoler et à 
cultiver un grand nombre de ces microbes, et on s’est assuré de leurs propriétés digestives 
en les faisant agir in vitro sur diverses substances alimentaires. 
Miller, qui a isolé 25 espèces de bactéries habitant dans la bouche (12 coccus et 
13 bacilles), indique que certaines d’entre elles produisent la fermentation lactique des 
matières féculentes et sucrées, et d’autres l’interversion du sucre de canne. Vignal2 a 
isolé 19 espèces de microbes dans le tartre lingual et dentaire. Certaines de ces bactéries 
sont déjà connues; ce sont : Staphylococcus aureus et albus, le Bacterium termo, le Bacillus 
subtüis, le Bacille cle la pomme de terre, le Leptothrix buccalis, le Vibrio rugula, le Micro¬ 
coccus Pasteuri. D’autres encore non décrits sont désignées par les lettres a, b, c, cl, etc. 
Beaucoup d’auteurs ont étudié les microbes des matières fécales. On y a trouvé : le 
Bacterium termo, le Bacillus subtüis, un Saccharomyces, le Bacterium coli commune (Esche- 
rich), le Bacillus cavicida (Brieger), le Bacillus coprogenes parvus et le Bacillus putrifums 
coli (Bienstock), le Streptococcus des selles (Cornil et Babès) et un grand nombre de 
Micrococcus. Vignal (loc. cit.), qui a étudié aussi les microbes des selles, évalue leur 
nombre à plus de 20 millions par décigramme de matières fécales; il en a isolé 10 espèces, 
dont six existaient aussi dans la bouche. Contrairement à Bienstock, qui prétendait que 
les selles ne renferment pas de microcoques, il y a trouvé deux coccus. D’après les 
recherches de Bienstock3, le Bacillus putrifxcus coli décompose l’albumine en donnant 
naissance aux produits ordinaires de cette décomposition : peptones, leucine, tyrosine, 
acides gras volatils, ammoniaque, indol, phénol, scatol, hydrogène sulfuré; un autre 
bacille agit spécialement sur les solutions sucrées en produisant de l’alcool et de l’acide 
lactique. D’après Brieger 4 5, un coccus qui se trouve dans les selles donne naissance, 
aux dépens du sucre de raisin et du sucre de canne, à de l’alcool éthylique et parfois 
à de l’acide acétique. Parmi les différents microbes isolés par Vignal de la salive et 
des fèces, 7 dissolvaient plus ou moins rapidement l’albumine; 5 la gonflaient ou la ren¬ 
daient transparente; 10 dissolvaient la fibrine : 5 la gonflaient ou la rendaient trans¬ 
parente; 8 dissolvaient le gluten; 4 transformaient l’amidon ou paraissaient vivre à ses 
dépens; 9 coagulaient le lait; 6 dissolvaient la caséine; 24 transformaient le lactose en 
acide lactique : 11 intervertissaient le sucre de canne; 10 faisaient fermenter le glycose 
et le transformaient plus ou moins énergiquement en alcool. 
Dans l’estomac vivent aussi de nombreux microbes. De Barys y a trouvé une sarcine 
(Sarcina ventriculï), Oïdium lactis, Bacillus amylobacter, Leptothrix buccalis, Bacillus geni- 
culatus. Abelous6 y a rencontré de plus le Bacillus pyocyaneus, le Bacterium lactis aero- 
genes, le Bacillus subtüis, le Vibrio rugula, le Bacillus megaterium (?) et en outre 9 autres 
espèces qu’il désigne par les lettres a, b, c, etc., ne pouvant les rapporter d’une façon 
sûre à aucune espèce connue : en tout 2 microcoques, 13 bacilles et 1 vibrion. Ces mi- 
1. Nutall et Thierfelder. Thierisches Leben ohne Bactérien im Verdamm g s canal (Z. p. C., 
xxi, 109). 
2. Vignal. Recherches sur l’action des micr organismes de la bouche sur quelques substances 
alimentaires. — Recherches sur les microorganismes des matières fécales (A. de P., 15 nov. 1885, 
1 oct. 1887, 15 nov. 1887). 
3. Bienstock (Fortschritte der Medicin, i, 609, 1883). 
4. Brieger. Veber Spaltungsprodukte der Bactérien (Z. p. G., vin, 308, 1883). 
5. De Bary. Beitrag zur Kennttiiss der niederen Organismen im Mageninhalte (A. P. P., xx, 
243-271, 1886). 
6. Abelous. Recherches sur les microbes de l’estomac à l'état normal et leur action sur les sub¬ 
stances alimentaires (Th. de doct., Montpellier, 1887).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.