Bauhaus-Universität Weimar

DIAPÉDÈSE. 
867 
1° But delà diapédèse physiologique. — Il est admis généralement aujourdhui par 
les histologistes que les granulations accumulées dans le protoplasma des leucocytes 
constituent autant de matériaux qui peuvent être utilisés par l’organisme, suivant ses 
besoins. Toutes ces granulations n’ont pas la même origine : les unes ont été captées et 
demeurent emmagasinées dans l’élément; les autres sont une élaboration propre de son 
protoplasma. L’iode permet encore de déceler dans les globules blancs la présence de la 
substance glycogène, qui, comme l’a montré le premier Ranvier, est a 1 état diffus. En 
laissant échapper ces réserves ou seulement certains de leurs dérivés, les leucocytes 
deviennent de véritables pourvoyeurs par rapport aux éléments anatomiques fixes qui 
par leur assemblage constituent les tissus. Mais, pour qu’ils puissent jouer ce rôle, pour 
que les échanges puissent avoir lieu, il faut que les globules blancs viennent au contact 
de ces éléments constitutifs; il faut qu’ils abandonnent les vaisseaux dans lesquels ils 
sont contenus. 
Devenues libres, les cellules migratrices vont non seulement concourir à la nutrition 
des tissus, mais encore faire la police de l’économie. On les voit, en effet, emmagasiner 
certaines particules étrangères, les digérer et les assimiler. Dans le cas où il s’agit de 
substances non assimilables et qui ne peuvent leur être utiles, ils les transportent au loin 
et les déposent dans certaines régions de l’organisme où on les retrouve accumulées. 
Les globules blancs sont, comme les globules rouges, chargés d’oxygène; mais, bien 
que ce gaz soit en minime proportion, il n’en pénètre pas moins avec eux dans l’intimité 
des tissus. 
Des recherches récentes, dont on trouvera le détail dans la thèse de Portier, ont 
permis de reconnaître qu’il existe chez les animaux des ferments solubles oxydants 
(oxydases), qui ont les mêmes propriétés générales que les agents chimiques analogues 
extraits des végétaux. Ces ferments n’existent pas dans le sang ou les tissus des ani¬ 
maux vivants, mais proviennent de la destruction des leucocytes. Ils peuvent donc 
prendre naissance au sein des tissus par la désintégration des cellules lymphatiques qui 
sont disséminées dans tout l’organisme. 
Après leur sortie des vaisseaux sanguins, les leucocytes se trouvent en effet dispersés 
dans les tissus où nos moyens de recherches nous permettent de les retrouver. Ils sont 
ensuite collectés par les voies lymphatiques originelles dans lesquelles ils pénètrent; et 
ramenés dans le sang par le système lymphatique. Ils subissent donc, pendant la vie, 
un véritable mouvement cyclique, que Renaut appelle le cycle hémo-lymphatique. La réa¬ 
lité de ce phénomène peut être constatée directement. « Si l’on injecte du cinabre dans 
les veines d’un animal, on retrouve dans le tissu conjonctif et dans la lymphe, au bout 
d’un certain temps, des globules blancs chargés de grains caractéristiques de cette sub¬ 
stance, marqués pour ainsi dire par ces grains eux-mêmes, venus évidemment du sang. 
La même injection pratiquée dans le tissu conjonctif lâche permet de constater que les 
cellules errantes dans ce tissu rentrent dans les voies lymphatiques et de là dans le sang. » 
Enfin, si l’on injecte le cinabre en grande quantité dans un sac lymphatique tel que le 
sac dorsal de la grenouille, on voit qu’au bout de quelques jours la masse introduite a 
beaucoup diminué, et on retrouve des globules blancs porteurs de grains de cinabre à la 
fois dans le sang, dans la lymphe, dans les espaces interoganiques et dans le mucus du 
tube digestif. La migration des cellules lymphatiques du sang dans les lacunes interor¬ 
ganiques, de ces dernières dans la lymphe, et de la lymphe dans le sang, s’effectue donc 
bien suivant un véritable mouvement cyclique (Renaut). 
Rentrés dans les voies lymphatiques, les leucocytes se présentent sous l’aspect de 
masses arrondies qui se laissent entraîner par le courant. Ils ne présentent plus de pro¬ 
longements amiboïdes; leur vie est ralentie parce qu’ils sont dépourvus d’oxygène. 
Comme le liquide contenu dans les vaisseaux blancs constitue un milieu privé d’oxygène, 
ils doivent être ramenés dans le sang où, au delà du poumon, ils retrouveront en abon¬ 
dance le gaz qui est l’excitant de leurs propriétés vitales. Ils peuvent d’ailleurs parcourir 
avec les globules rouges le champ de l’hématose au niveau du poumon. On peut même, 
en excitant leurs propriétés chimiotactiques positives, les fixer en ce point, ainsi que l’a 
observé Ch. Richet chez des animaux soumis aux inhalations d’essence de térébenthine. 
Revenus dans le liquide sanguin, les leucocytes retrouvent toutes les propriétés que 
nous avons décrites, sont aptes de nouveau à servir de pourvoyeurs, à produire la dia-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.