Bauhaus-Universität Weimar

665 
CYCLAMINE. 
fait bouillir dans de l’alcool additionné de noir animal et on filtre bouillant : la cycla- 
mine se dépose. 
Propriétés physiques et chimiques. — La cyclamine pure se présente sous forme 
d’une poudre blanche composée de fines aiguilles réunies en petits granules (Mutschler). 
Elle possède une saveur âcre, persistante. Elle donne, avec 300 parties d’eau, une solu¬ 
tion limpide. A une plus forte concentration, la solution est opalescente et, à 2 p. 100, c’est, 
pour une partie du produit, une véritable suspension dans l’eau, car, par un long repos, 
de la cyclamine se dépose. La solution aqueuse de cyclamine mousse fortement par agi¬ 
tation; elle possède la propriété singulière de se coaguler, comme les solutions d’albu¬ 
mine, de 60 à 75° ;mais elle redevient peu à peu limpide après refroidissement (De Luca). 
La cyclamine est assez soluble dans l’alcool à 96° (1 p. 71, d’après Mutschler), dans 
l’éther acétique et dans la glycérine; elle est insoluble dans l’éther, le chloroforme, le 
sulfure de carbone, le benzol et l’éther de pétrole. Elle dévierait faiblement à gauche le 
plan de la lumière polarisée (De Luca). Abandonnée à l’air humide, elle absorbe de l’eau 
et augmente de volume. Chauffée, elle brunit vers 200° et fond à 236°. Si à 4 centimètres 
cubes d’une solution alcoolique faible d’acide salicylique, on ajoute 1 centigramme de 
cyclamine en nature, si l’on chauffe jusqu’à dissolution et si on laisse refroidir, le 
mélange se prend en une gelée homogène (Tufanow). Ajoutée à du lait, dans la pro¬ 
portion de 2 centigrammes pour 2 centimètres cubes de lait et 1 centimètre cube d’eau, 
elle amène rapidement la séparation de toute la matière grasse (Tufanow). 
Traitée à chaud par les acides minéraux dilués, la cyclamine se dédouble en donnant 
un sucre et un composé que Klinger a appelé Cyclamirétine (11). Le sucre n’a pas été 
isolé à l’état de pureté ; il est dextrogyre et fermente au contact de la levure de bière. La 
cyclamirétine est un corps amorphe, blanc, inodore, insipide, insoluble dans l’eau 
soluble dans l’alcool et dans l’étlier, se colorant en rouge violet par l’acide sulfurique 
concentré. Mutschler a obtenu dans l’hydrolyse 50,32 p. 100 de sucre et 35,58 p. 100 
de cyclamirétine; Tufanow a obtenu jusqu’à 61,13 p. 100 de sucre et 38,51 p. 100 de 
cyclamirétine. Le premier attribue à la cyclamine la formule C20H34O10 et à la cyclami¬ 
rétine la formule CläH2202. D’après de Luca, et d’après Mutschler, l’émulsion hydroly- 
serait aussi la cyclamine ; Tufanow a essayé faction de ce ferment, ainsi que celle de la 
salive, du suc gastrique et du suc pancréatique, sans arriver à aucun résultat. 
La cyclamine en solution aqueuse se dédouble lorsqu’on expose celle-ci aux rayons 
solaires directs : il faut donc la conserver à l’obscurité (Mutschler). 
Propriétés physiologiques. — Depuis longtemps le rhizome de Cyclame est employé 
dans certains pays, notamment en Sicile et surtout dans la Calabre, pour pêcher les 
poissons d’eau douce. On l’écrase de façon à en faire une pâte dont on remplit un sac 
solide. Ce sac est placé au milieu de la rivière et un homme, en le piétinant, en fait 
sortir le suc qui se mêle à l’eau et la rend mousseuse. L’eau ainsi empoisonnée engourdit 
les poissons. Ceux-ci viennent à la surface et sont pris facilement. Cette pêche se fait 
par les grandes chaleurs et au milieu de la journée (De Luca). 
On a remarqué que les poissons ainsi pêchés se putréfient rapidement. En 1859 (12), 
une commission de la Faculté de médecine de l’Université de Naples a fait, sur les dan¬ 
gers que pouvait offrir cette pêche au point de vue de l’alimentation publique, un rap¬ 
port assez étendu dont voici les principales conclusions : 
1° Les poissons ressentent d’autant plus facilement l’action du Cyclamen qu’ils sont 
plus petits et plus délicats. 
2° L’effet immédiat et le plus sensible de l’empoisonnement par la cyclamine est 
l’abolition de toute faculté des nerfs moteurs, suivie de l’altération du sang, de l’asphyxie 
et de la mort. 
3° Les poissons récoltés par ce moyen ne sont pas vénéneux pour l’homme qui les 
mange; mais ils peuvent devenir insalubres quand ils ne sont pas mangés aussitôt après 
avoir été pêchés, à cause de leur corruption facile et rapide. 
4° L’eau de la mer et des fleuves qui tient en solution une petite quantité de suc de 
cyclamen ou de cyclamine devient vénéneuse pour des générations entières de poissons» 
et fait mourir plus facilement les petits poissons éclos depuis peu. 
Vulpian a fait, d’abord en 1858, puis, l’année suivante, à l’occasion du rapport dont
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.