Bauhaus-Universität Weimar

576 
CRUSTACÉS. 
4° L’intestin terminal ou proctodæum, tapissé, comme l’intestin buccal, par un revê¬ 
tement chitineux, est ordinairement court. L’anus est dorsal chez les Enlomostraeés, 
ventral chez les Malacostracés. Chez les femelles suceuses de plusieurs Isopodes para¬ 
sites (Entoniscides), l’intestin terminal et l’anus manquent (Arnold Lang). 
Les recherches sérieuses sur les phénomènes digestifs ont porté principalement sur 
les Décapodes, accessoirement sur les Isopodes. 
Glandes dites salivaires. — Des glandes tubuleuses logées dans les parois de l’œsophage 
de l’Écrevisse et probablement d’autres Décapodes débouchent dans le tiers antérieur 
du tube œsophagien (Max Braun); on ignore leur fonction réelle. 
Rôle mécanique de la portion dilatée de l’intestin buccal (estomac, estomac mastica¬ 
teur des auteurs). — La plupart des naturalistes, frappés de l’aspect des saillies cliiti- 
neuses de cet organe, saillies mues par des muscles puissants s’insérant, par une de leurs 
extrémités, sur le revêtement tégumenlaire du corps, n’ont pas hésité à attribuer 
à cette région du tube digestif un rôle comparable à celui du gésier des oiseaux 
granivores. 
Des observations suivies seraient nécessaires; mais il est au moins certain que 1 action 
attribuée aux saillies chitineuses mobiles a été exagérée. En effet, quand on nourrit des 
Crabes (Carcinus mcenas) avec de la viande de bœuf crue et qu’on ouvre la poche diges¬ 
tive quelque temps après le repas, on constate que la chair n’est pas découpée, mais 
déchirée par traction en un long ruban irrégulier (Plateau). Chez le Cloporte (Oniscus) 
nourri de feuilles sèches, on voit l’intestin rempli de particules allongées paraissant 
autant de bouchées enlevées par les pièces buccales, comme si les saillies du prétendu 
estomac masticateur étaient incapables de dissocier un parenchyme de feuille morte 
(Manille Ide). Chez d’autres Cloportes, dont l’alimentation se composait de fécule de 
pomme de terre formée de grains intacts, les excréments blancs de ces animaux renfer¬ 
maient, il est vrai, à côté de grains de fécule inaltérés, un grand nombre de grains 
brisés (M. Ide). Cela ne signifie pas pour nous que les pièces du soi-disant estomac 
fussent susceptibles de rompre les grains de fécule, 1 action des liquides digestifs pou¬ 
vant avoir amené ce résultat. 
C’est pour ces motifs que, jusqu’à preuve du contraire, nous préférons au nom essen¬ 
tiellement fautif d’estomac masticateur celui plus rationnel de Poche malaxatrice proposé 
par Manille Ide déjà cité. « En résumé, dit-il, plaques et pointes servent à malaxer 
les aliments plus ou moins énergiquement avec les liquides digestifs. » 
Chez certains Décapodes (Stenorhynchus phalangium), les téguments sont parfois assez 
minces pour permettre d’observer par transparence les pièces de 1 armature de la poche 
malaxatrice. En pratiquant une incision sur le bord postérieur de la carapace et en exci¬ 
tant avec la pointe d’un scapel, on peut provoquer des contractions musculaires, des 
mouvements des pièces chitineuses de la poche et analyser, jusqu à un certain point, ces 
mouvements (F. Moquard). 
Digestion proprement dite. —Toutes les recherches récentes, depuis 1877, prouvent 
que, très certainement, chez les Décapodes et probablement chez les autres Crustacés, 
la digestion, c’est-à-dire la transformation des aliments en produits assimilables, se fait 
exclusivement sous l’influence du liquide sécrété par les diverticules glandulaires 
annexés à la partie antérieure de l’intestin moyen, liquide qui, chez les Décapodes par 
exemple, coule dans la poche malaxatrice. 
Ce liquide étant jaunâtre, brunâtre ou verdâtre et souvent aussi à saveur amère, les 
anciens naturalistes l’appelaient bile, et donnaient le nom de foie à 1 ensemble des diver¬ 
ticules sécréteurs. Laissons de côté ces idées surannées pour ne nous occuper que des 
faits aujourd’hui bien démontrés. 
La coloration du liquide digestif (Homard, Écrevisse, Tourteau, Crabe, Pagure) est 
due à des pigments reconnaissables spectroscopiquement : lutéines, entéroclilorophylles, 
hématine (Mag-Munn). [L’examen spectroscopique montre qu il n existe pas de relation 
étroite entre ces mêmes pigments et ceux du sang des Crustacés (Krukenberg). 
Le liquide digestif peut s’obtenir dans un état de grande pureté à 1 aide d une fistule 
permanente avec canule métallique (Stamati). Ce liquide, chez les Décapodes (Écrevisse), 
peu ou point visqueux, a une réaction alcaline lorsque la poche malaxatrice ne contient 
pas d’aliments; la réaction légèrement acide observée par Hoppe-Seyler et Griffith chez
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.