Bauhaus-Universität Weimar

COORDINATION. 
421 
Nous n’avons nullement l’intention de refaire ici un historique complet de la physio¬ 
logie des canaux semi-circulaires; nous désirons seulement entrer dans quelques détails, 
sur les modifications apportées à la coordination des mouvements de la tête et des yeux 
et à l’équilibration en général parles interventions sur les canaux semi-circulaires ou le 
nerf labyrinthique, que ces interventions soient d’ordre destructif ou d’ordre irritatif. 
a) Le labyrinthe et les attitudes céphaliques. — Les mouvements désordonnés de la tête 
signalés par Flourens après la destruction des canaux semi-circulaires ont été de nou¬ 
veau observés par Goltz, de Cyon, Ewald. Ce dernier a particulièrement bien étudié les 
mouvements de rotation de la tête qui surviennent par accès chez le pigeon, quelques 
jours après la destruction unilatérale du labyrinthe (huit jours environ). A cette période, 
alors que l’agitation continuelle de l’animal a disparu, il se produit des accès brusques 
de rotation de la tête, dans l’intervalle desquels la tête reste un peu inclinée du côté 
opéré; ces accès se renouvellent principalement sous le coup d’une excitation psychique r 
par exemple, si on cherche à le saisir ou si on l’effraie avec un drap rouge ; ils cessent 
parfois si l’animal recule ou s’il élève la tête, ou bien encore si on le couche sur le dos- 
La rotation de la tête qu’EwALD attribue, non pas à une contraction exagérée, mais à une 
tonicité insuffisante de certains muscles, se compose essentiellement d’une rotation 
autour de l’axe du bec vers le côté opéré et d’une rotation autour de l’axe du sommet 
vers le même côté. 
Elle se produit de la façon suivante : à un premier degré, commence la rotation autour 
de l’axe du bec, de sorte que l’œil du côté de la section se trouve sur un plan inférieur 
à celui du côté opposé. Au deuxième degré, la rotation s’accentue, elle est telle que le 
sommet de la tête regarde directement en bas, l’œil droit regarde à gauche et inver¬ 
sement : à un degré plus avancé, la rotation autour de l’axe du sommet se combine à la 
rotation précédemment décrite, elle a lieu aussi du côté opéré; mais, comme la tête est 
complètement renversée, elle a lieu effectivement du côté sain : cette rotation augmen¬ 
tant, la tête se trouve du côté sain, le sommet reposant sur le sol, le bec dirigé dans un 
plan parallèle au plan médian de l’animal et en arrière; enfin, à un dernier degré, il 
se produit un nouveau mouvement de rotation autour de l’axe des yeux, si bien que 
l’animal regarde de nouveau en avant. Même dans cette attitude, le pigeon peut se 
battre avec un autre pigeon, saisir des pois et boire : d’après Ewald, si la tète est 
tournée, c’est que du fait de l’affaiblissement unilatéral de la musculature du cou, elle 
subit l’influence des muscles antagonistes; la preuve en est que tous ces phénomènes 
disparaissent, si l’on fait intervenir une force très petite; il sulfit d’appuyer très légère¬ 
ment avec un doigt sur le bec de l’animal, ou de le maintenir par un fil élastique attaché 
d’une part au bec et d’autre part au plafond et très faiblement tendu. Cette faiblesse- 
unilatérale s’accuse déjà quelques heures après l’opération. Pour la mettre en évidence, 
il suffit d’attacher au bec de l’animal un fil auquel pend un poids : la tête s’incline alors- 
du côté opéré. Les troubles de la statique de la tête disparaissent au bout de quelques 
mois. Chez les pigeons qui ont subi la destruction bilatérale du labyrinthe, les mouve¬ 
ments désordonnés sont plus violents, mais leur analyse est moins facile, et présente 
moins d’intérêt; lorsqu’ils ont disparu, on observe quelques anomalies dans les attitudes 
céphaliques : après s’être abaissée pour saisir des grains ou des pois, la tête se redresse 
brusquement en arrière et touche le dos. 
L’attitude de la tête de la grenouille, privée d’un seul labyrinthe, est semblable à celle- 
du pigeon dans les mêmes conditions. Elle est tordue autour de l’axe longitudinal; le 
côté opéré est situé plus bas que le côté sain; et cette torsion diminue les jours qui 
suivent l’opération, mais elle persiste toujours à un certain degré. J’ai répété un certain 
nombre de fois la section unilatérale de la 8e paire sur le chien, et j’ai toujours constaté 
un mouvement de torsion de la tête, tel que le côté opéré est sur un plan inférieur à 
celui du côté sain, la tête est aussi, dans son ensemble, inclinée dans le même sens; 
l’œil du côté opéré regarde en bas et un peu en dedans; quelquefois aussi, les premiers- 
jours après la section, l’œil du côté sain est très légèrement dévié en haut et en dehors. 
Après la section bilatérale du nerf labyrinthique chez le chien, Ewald a signalé, dans les 
premiers jours qui suivent l’opération, des vacillations de la tête autour de 1 axe des 
mâchoires, des oscillations latérales, une mobilité anormale; nos observations confir¬ 
ment celles d’EwALD; ces oscillations s’exagèrent quand l'animal saisit les aliments ou
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.