Bauhaus-Universität Weimar

700 
CHLOROPHYLLIENNE (Fonction). 
traces de gaz carbonique ; pratiquement, les stomates sont donc le seul passage pour la sortie 
de ce gaz, quel que soit l’âge des feuilles et quelle que soit leur épaisseur. Remarquons que 
l’Alisma plantago est une des rares plantes dont les feuilles possèdent plus de stomate à la 
face supérieure qu’à la face inférieure, aussi dégage-t-elle plus de CO2 par sa face supé¬ 
rieure. L’accord entre la distribution des stomates et les quantités de CO2 émises est aussi 
satisfaisant que possible. D’autre part, les observations faites relativement à l’assimilation 
ont permis de constater que le gaz carbonique entrait également dans les feuilles parles 
stomates. Ainsi, de l’air renfermant 1,6 p.100 de gaz carbonique n’abandonne pas trace de 
ce gaz en passant sur la face supérieure, dépourvue de stomates, de VAmpélopsis Hederacea, 
tandis que la face inférieure, présentant beaucoup de stomates, absorbe une quantité de 
CO2 correspondant à0,6 p.100 du volume gazeux. L’ Alisma plantago, qui possède plus de 
stomates à la face supérieure qu’à la face inférieure, fournit des nombres qui mènent à la 
même conclusion. Il résulte donc de ce qui précédé que les échanges gazeux sont étroi¬ 
tement liés à la distribution des stomates sur les deuxfaces des feuilles et que les gaz 
passent presque exclusivement par ces espaces intercellulaires. Si l’on voulait admettre 
encore que le passage des gaz s’effectuât à travers les cellules de l’épiderme et la cuticule 
des surfaces portant des stomates et non par ces ou-vertures, il faudrait montrer alors 
que la cuticule de la surface inférieure est cinquante et même cent fois plus perméable 
que celle de la face supérieure. Mangin a fait voir, en effet, que la cuticule de la face 
inférieure était plus perméable, mais seulement quatre à cinq fois plus que celle de la 
face supérieure. Ces différences sont donc-incapables d’expliquer les écarts observés dans 
la perméabilité des deux faces. Pour expliquer les contradictions qui existent entre ses 
expériences et celles de Boussingault dans lesquelles ce dernier a vu la face supérieure 
de la feuille du laurier rose décomposer, malgré son manque de stomates, plus de gaz 
carbonique que la face inférieure, Blackmann estime que les résultats obtenus par Bous¬ 
singault sont dûs à ce que les fortes proportions de gaz carbonique (30 p. 100), dont 
celui-ci faisait usage dans ses mélanges gazeux, retardaient l’assimilation. Godlewski à 
montré, en effet, que pour l’assimilation du laurier rose, l’optimum de concentration d’un 
mélange de gaz devait être au-dessous de 8 p. 100 en acide carbonique. Il se pourrait que 
la moindre assimilation par la feuille à stomates ouverts fût due à ce que celle-ci rece¬ 
vait, nonpas moins de CO2 que celle à stomates fermés, mais davantage et que cet exès 
entravât la décomposition de ce gaz. Lorsque les stomates sont bouchés artificiellement 
par de la graisse, CO2 pénétrerait lentement par la face supérieure sans stomates à 
travers la cuticule, ce gaz ne se trouverait pas en grand excès dans la feuille et l’assi¬ 
milation se ferait dans des conditions plus favorables. 
Pour vérifier cette manière de voir, Blackmann étudie l’assimilation par les feuilles 
de laurier-rose comme l’avait fait Boussingault, mais en employant de l’acide carbonique 
à des concentrations diverses. On place d’abord séparément dans les tubes renfermant 
de l’air à 26 p. 100 de gaz carbonique deux feuilles bien semblables, l’une ayant sa face 
supérieure sans stomates, recouverte d’une mince couche de vaseline, l’autre étant nor¬ 
male. Dans ces conditions, l’assimilation a été la même dans les deux cas; la face sans 
stomates ne joue donc aucun rôle appréciable dans l’assimilation. Dans d’autres expé¬ 
riences, on comparait toujours deux feuilles semblables, l’une normale, l’autre vaselinée 
sur sa face inférieure portant des stomates; on a ainsi obtenu les résultats suivants : 
VOLUME DE CO* DÉCOMPOSÉ 
RAPPORT DES QUANTITÉS 
PROPORTION DE CO* 
PAR HEURE ET PAR CENTIM. CARRÉ 
DE CO* DÉCOMPOSÉ. 
DANS LE MÉLANGE. 
Cil CCIl LUI 
î. cuues. 
feuille normale. 
feuille vaselinée. 
Feuille normale. 
Feuille à stomates 
bouchés. 
6........... 
0,070 
0,010 
1 
0,14 
6,3............ 
0,055 
0,010 
1 
0,20 
7,5............ 
0,046 
0,017 
1 
0,21 
14............ 
0,180 
0,048 
1 
0,27 
50 . . . ......... 
0,043 
0,069 
1 
1,6 
55............ 
0,049 
0,067 
1 
1,3 
97............ 
0,033 
0,060 
1 
1,8
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.