Bauhaus-Universität Weimar

696 
CHLOROPHYLLIENNE (Fonction). 
de celle que produit l’assimilation. Que devient donc cet amidon solubilisé? Il passe 
évidemment à l’état de sucre, comme l’ont montré Sachs lui-même et Muller. Cependant 
quelques faits n’autorisent pas cette manière de voir, car il n’a été trouvé, chez certaines 
plantes robustes, que des quantités insignifiantes de sucre au moment où l’amidon dis¬ 
paraît. L’énergie de l’assimilation se traduit, d’après Sachs, par les chiffres suivants : 
1 mètre carré de feuilles produit, dans l’espace d’une journée favorable, environ vingt- 
quatre grammes d’amidon auxquels il convient d’ajouter à peu près un gramme qui 
représente la perte due à la respiration. 
Énergie de l’assimilation et facteurs qui l’influencent. — Kreusler (Ueber eine Methode 
zur Beobachtung der Assimilation und Athmung der Pflanzen und einige diese Vorgänge 
beeinflussende Momente. Jahresb. agrik. Chem., vm, 123, 1883; Land. Vers. Stat., xxxn, 403, 
1886; Wollny’s Forschungen, ix, 114; Ann. agron., xii,482, 1886) enferme les plantes dans 
un vase clos plein d’air contenant un volume connu de gaz carbonique. Après expérience, 
le gaz de la cloche est déplacé par de l’air privé d’acide carbonique, puis il passe dans 
des appareils appropriés dans lesquels il abandonne CO2 qu’il peut contenir et dont 
on estime le poids. Quand l’expérience est faite à la lumière, CO2 trouvé en moinsexprime 
l’énergie de l’assimilation; quand elle est faite dans l’obscurité, l’excès de ce gaz traduit 
l’énergie respiratoire. Kreusler, pour avoir un éclairage constant, se sert de l’arc vol¬ 
taïque et interpose, entre la source lumineuse et l’appareil, une cuve remplie d’eau afin 
d’écarter les rayons calorifiques. Voici les conclusions auxquelles est arrivé l’auteur. 
Quand on part d’un taux de gaz carbonique très faible, tel que celui qui existe dans 
l’air atmosphérique et qu’on augmente ce taux peu à peu, on voit l’assimilation aug¬ 
menter d’abord rapidement, puis plus lentement. Mais, contrairement aux expériences 
de Boehm que nous avons déjà citées relativement à la nocivité du gaz carbonique au- 
dessus de 3 p. 100, Kreusler donne, à 23°, les chiffres suivants obtenus sous l’influence 
d’un arc voltaïque de mille bougies placé à une distance dé 0m,31 à 0m,45, le taux 
normal de l’acide carbonique tel qu’il existe dans l’air étant supposé égal à l’unité et 
l’assimilation correspondante étant prise égale à 100. 
QUANTITÉ RELATIVE DE CO®. ASSIMILATION. QUANTITÉ RELATIVE DE CO®. 
1 .......... 100 17............... 
2 .......... 127 35............... 
3,5......... 185 220 (c.-à-d. 9 p. 100 environ). . . 
7.......... 196 
ASSIMILATION. 
209 
237 
230 
L’optimum du taux de CO2 semble donc être situé entre 1 et 10 p. 100. 
La quantité d’eau contenue dans .les feuilles est un facteur d’une très grande importance 
dans l’assimilation. Lorsque le degré d’humidité des feuilles s’abaisse, comme,(par exemple, 
à la suite d’une transpiration trop active, l’assimilation peut s’arrêter presque complète¬ 
ment, quelque favorable que soit l’éclairage. Si l’eau revient à la feuille avant que celle- 
ci ait éprouvé des modifications irréparables, l’assimilation reprend son énergie pre¬ 
mière. Les plantes assimilent beaucoup moins dans l’air sec que dans l’air humide. 
Influence de l’état de développement et de la température sur l’assimilation. — Kreusler 
(Beobachtungen über die Kohlensaüreaufnähme und Ausgabe der Pflanzen. Jahresb. agrik. 
Chemie, x, 143, 1887; Wollny’s Forschungen, x, 408; Biederm. Centralb. xvn, 263; Ann. 
agron. xiv, 89, 523) a étudié l’influence de ces deux facteurs sur des rameaux de Seringa 
à divers états de développement (température de 15 à 25 degrés). Les rameaux étaient 
pris avant, pendant et après la floraison, et tous cueillis sur le même pied. L’auteur 
rapporte les nombres qu’il donne à l’unité de surface de feuilles; il obtient les chiffres 
suivants d’acide carbonique dégagé à l’obscurité ou absorbé à la lumière par un déci¬ 
mètre carré de feuilles exprimés en milligrammes. 
AVANT 
PENDANT. 
APRÈS. 
RAMEAU STÉRILE 
floraison. 
garni de vieilles 
feuilles. 
Obscurité...... 
( à 25“. . . . 
( à 15». . . . 
0,52 
0,26 
1,33 
0,59 
1,36 
0,64 
0,97 
0,57 
CO'2 pris dans l’air. . 
{ à 25». . . . 
( à 15». . . . 
14,65 
11,68 
11,36 
7,56 
8,91 
9,09 
5,88 
10,61 
CO2 total décomposé. 
( à 25». . . . 
[ à 15». . . . 
15,17 
11,94 
12,70 
8,15 
10,27 
9,73 
6,85 
11,17
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.