Bauhaus-Universität Weimar

562 
CHLORAL. 
dans l’artère, elle s’élève, au contraire, notablement dans la veine. Il est même possible, 
avec un sphygmoscope très sensible, de voir, sur le tracé de la veine, une propagation des 
pulsations artérielles. 
C’est ce que montre très distinctement le tracé de la figure 110. Ces constatations ont 
une importance capitale, car elles permettent d’affirmer que, pendant le sommeil chlo- 
ralique profond, les voies d’écoulement périphériques sont dilatées, et renseignent ainsi 
sur les modifications du cours du sang dans les vaisseaux capillaires. 
Par conséquent, pendant qu’au début de la chloralisation la pression artérielle monte 
et la vitesse de la circulation diminue, les vaisseaux capillaires se contractent, tandis 
qu’ils sont largement dilatés pendant la phase d’hypotension artérielle avec augmenta¬ 
tion de la vitesse du courant sanguin et de la pression veineuse. 
Cette action vaso-dilatatrice intense du chloral, qui domine et persiste pendant toute 
la durée du sommeil qu’il détermine, a pour conséquence des modifications apparentes 
bien connues ; notamment, la congestion de la peau, des muqueuses et des parenchymes; 
la rougeur de la face, les exanthèmes cutanés, etc. Lorsqu’on fait une opération sur un 
sujet anesthésié par le chloral, on constate que les plaies faites saignent beaucoup; les 
hémorragies en nappe sont profuses, l’hémostase est difficile, ce qui constitue certaine- 
Fig. 110. — Modifications simultanées de la pression dans les vaisseaux périphériques (artères et veines faciales) 
sous l'influence d'une injection de chloral (âne). 
1, ligne d’abscisse et secondes; 2, tracé de la pression dans le bout central de l’artère faciale: 3, tracé de 
la pression dans le bout périphérique de la veine faciale; de i à i’, durée de l’injection de chloral. 
ment un inconvénient assez sérieux, dans la pratique de certaines expériences de phy¬ 
siologie, et doit faire parfois renoncer au chloral. 
A un autre point de vue, les modifications vasculaires et circulatoires de la chloralisa¬ 
tion ont intéressé les physiologistes et les thérapeutes, et c’est à la recherche des 
causes immédiates du sommeil qu’ils se sont plus particulièrement attachés, à savoir 
quel est l’état de la circulation cérébrale pendant la narcose ou l’anesthésie. Or les 
uns ont prétendu que le chloral provoque Je sommeil en anémiant le cerveau (Hammond), 
tandis que d’autres soutiennent, avec plus de raison certainement, que l’hypnose et 
l’anesthésie chloralique s’accompagnent d’hypérhémie cérébrale (Gubler, Bouchut, Lan- 
glet, Labbé, Offret, Arlojng, etc.). 
Nous avons déjà dit plus haut qu’il n’y a pas lieu de rechercher, dans les modifica¬ 
tions cérébrales produites par le chloral, la cause du sommeil qu’il détermine; les deux 
ordres de phénomènes sont concomitants, mais indépendants; l’un n’est pas la consé¬ 
quence de l’autre. 
Le chloral est un congestif, nous l’avons démontré, son action s’accompagne d’une 
vaso-dilatation générale avec hypérhémie des téguments et des organes parenchyma¬ 
teux; il est évident que la circulation cérébrale et le cerveau participent à ce mouve¬ 
ment d’ensemble et se congestionnent comme les autres parties et les autres organes. 
La question nous paraît donc tranchée. 
Cependant, s’il y a lieu d’admettre l’hypervascularisation des organes, par vaso-dila¬ 
tation, il faut bien se garder de croire à la possibilité de stases sanguines dans les vais¬ 
seaux capillaires, au moins dans tous les cas où le médicament est administré à dose 
thérapeutique.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.