Bauhaus-Universität Weimar

CHEVAL. 
467 
La troisième excitation avait à parcourir un trajet de 117 centimètres qui était 
.. 28 
accompli en de seconde, vitesse de propogation ,== 50m,li par seconde. 
La quatrième excitation avait à parcourir un trajet de 153 centimètres qui était 
accompli en de seconde; d’où vitesse de transmission = 52m,46 par seconde. 
Dans d’autres expériences, Chauveau a trouvé une vitesse de 68 mètres par seconde 
dans la première portion du pneumogastrique, 66m,5 dans la portion moyenne formée 
parle pneumogastrique~et le récurrent, bl mètres dans la partie supérieure du récurrent. 
Dans la partie moyenne du pneumogastrique où la vitesse est beaucoup plus uniforme^ 
Chauveau l’a trouvée généralement de 6S mètres par seconde. La vigueur, l’excitabilité 
des sujets, l’anesthésie prolongée apportent des modifications importantes : ainsi, sui¬ 
vant ces conditions, la vitesse varie de 75 à 40 mètres par seconde. 
Fig. 83. — Exemple d’une expérience pour l'étude de la vitesse de propagation des excitations dans les nerfs 
moteurs à court trajet (facial du cheval) (communiqué par M. Chauveau). 
I, résultat de l’excitation du point le plus rapproché du muscle; II, résultat de l’excitation du point le plus 
éloigné du muscle. 
1, signal électrique indiquant le moment de l’excitation B ; 2, vibrations du diapason ; 3, signal électrique 
indiquant le début-de la contraction du muscle; 4, courbe myographique provoquée par l’excitation du 
nerf ;la contraction devient apparente en M. 
Des expériences faites sur le pneumogastrique et le facial, Chauveau conclut que la 
vitesse de propagation varie dans les différents points d’un même nerf. Les excitations 
cheminent d’autant moins vite qu’elles se rapprochent davantage de la terminaison du 
nerf. Dans les expériences faites post-mortem, cette loi était renversée. La conductibilité 
est donc moindre dans la partie terminale du nerf. 
Dans tous les cas, la vitesse de translation des excitations chez les mammifères est 
deux fois et demie plus grande que chez les grenouilles (25 à 27 mètres) et deux fois 
plus grande qu’elle ne serait chez l’homme d’après les excitations médiates de Helmholtz 
(33 mètres) ou de Schelske et Marey (30 mètres). 
ß. La vitesse de propagation dans les nerfs des muscles soustraits à l’influence de la 
volonté a été étudiée sur les nerfs de la portion cervicale de l’œsophage (muscle à' fibres 
striées, involontaire) et de la portion thoracique (muscle à fibres lisses). Dans ces expé¬ 
riences, l’excitation était appliquée sur un seul point du tronc du vague au-dessus de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.