Bauhaus-Universität Weimar

CHAMPIGNONS. 
313 
La mannite paraît être la matière sucrée la plus résistante, mais il a été constaté 
pourtant qu’elle diminue en proportion pendant la maturation du champignon. Elle 
doit donc être utilisée aussi à cette période de la végétation, sans qu’on sache exacte¬ 
ment comment se produit cette utilisation. 
Sécrétion et excrétion. — 1. Eau. — Chez beaucoup de champignons, à certaines périodes 
de la végétation, on voit se former, à la surface de certains organes, des gouttelettes de 
liquide. Ces gouttelettes sont quelquefois si nombreuses que ces organes en sont cou¬ 
verts. C’est ce qu’on peut observer, par exemple, sur le porte-sporange de divers Pilo- 
bolus (Pilobolus Kleimi Y. Tikgh.). Parmi les champignons chez lesquels une telle expul¬ 
sion de liquide a été signalée, citons l’Hypholoma lacrymabundum et le Lactarius zonarius 
jeune (lames), le Polyporus fomentarius (surface hyméniale dans le jeune âge), le 
P. dryadeus et plusieurs autres polypores, le Merulius lacrymans, etc. 
Ces liquides ne sont pas de l’eau pure. D’après Boudier (166), « ils sont colorés, tantôt 
parce que le suc de champignons est lui-même coloré, tantôt parce qu’ils entraînent acci¬ 
dentellement les spores. Les gouttelettes sont toujours acides et se distinguent par là de 
celles de rosée. » 
Les gouttelettes qui se forment sur les sclérotes du Peziza sclerotiorum renferment de 
l’oxalate de potasse. 
On a cherché à expliquer cette espuision de liquides aqueux; mais jusqu’ici on n’en 
a pas donné d’explication satisfaisante. 
Sulfure de carbone. — D’après F. Went (167), le Schizophyllum lobatum Bref, champi¬ 
gnon très commun à Java sur les tiges mortes de bambou et de canne à sucre, excrète 
du sulfure de carbone; ce composé apparaît, sous forme de gouttes, à l’extrémité de 
courts rameaux latéraux qui se développent sur le mycélium. Went n’a pu d’ailleurs 
établir quel peut être le principe sulfuré qui donne naissance à ce sulfure de carbone. 
Oxalates. —• L’excrétion d’oxalate de chaux et d’oxalate de potasse a lieu fréquem¬ 
ment chez les champignons frais. Ainsi, chez certaines espèces de Mucor, le sporange 
s’entoure d’une incrustation d’oxalate de chaux. Chez beaucoup d’Ascomycètes et de Basi- 
diomycètes, le mycélium et quelquefois le fruit se recouvrent également d’oxalate de 
chaux. 
D’après De Bary, le mycélium et le sclérote du Sclerotinia sclerotiorum excrètent de 
l’oxalate de potasse. 
Ammoniaque.— Dansson traité de physiologie expérimentale, Sachs fait remarquer inci¬ 
demment que les champignons, en pleine période d’accroissement, paraissent exhaler de 
l’ammoniaque, puisque, si on en approche une baguette de verre trempée dans de l’acide 
chlorhydrique, on voit se former des lumées blanches. 
A la suite de cette remarque, Borzcow (168) a étudié la question sur diverses espèces 
de champignons et, de ses observations, il conclut que l’excrétion d’ammoniaque libre 
est un phénomène général chez ces végétaux et qu’elle constitue une fonction nécessaire 
de leurs tissus. 
Mais Borzcow ne paraît pas s’être mis en garde contre l’envahissement des champi¬ 
gnons par les bactéries, dont certaines espèces déterminent la putréfaction, en sorte que 
ses expériences sont sujettes à caution. Et de fait W. Wolf et R. Zimmermann, qui ont fait 
ultérieurement des recherches très soignées sur le même sujet (169), n’ont pas observé 
le moindre dégagement d’ammoniaque. Les excrétions alcalines volatiles qui se produisent 
après arrêt delà végétation ne renferment pas d’ammoniaque libre, mais de la triméthyl- 
amine et d’autres produits. 
Sucre.— On sait que, peu après l’envahissement de l’ovaire du seigle par l’ergot (Clav. 
purpurea), cet ovaire ne tarde pas à être remplacé par le thalle mou et blanc du 
champignon. A la surface de ce thalle irrégulièrement sillonné, naissent sur de courts 
bâtonnets, des conidies. Ces conidies se trouvent plongées dans un liquide mucilagineux 
et sucré que l’on doit considérer comme sécrété par le champignon. 
Résines. — Certains polypores, en particulier, les P. officinalis Will., australis Fr., resino- 
sus Schrad., lucidus (Leyss.), sécrètent des résines. Quelquefois, celles-ci sont si abondantes 
qu’elles recouvrent la surface du champignon d’un vernis. Nous en avons parlé à propos 
de la composition des champignons, nous n’y reviendrons pas. 
Matières azotées. — La sécrétion de matières azotées, albumine, peptones est bien connue
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.