Bauhaus-Universität Weimar

CHALEUR. 
185 
Dans ce dernier cas, on voit que la perte de chaleur a dû atteindre 6 000 calories par 
kilo et par heure, et par conséquent dépasser notablement la production normale de 
chaleur. 
Chez une femme hystérique, ayant une alimentation très restreinte, j’ai pu constater, 
avec P. Janet, que la perte de chaleur par évaporation était réduite à un taux extrême¬ 
ment faible, si faible que, dans quelques cas, il y a eu une très légère augmentation de 
poids, qu’on peut expliquer par une absorption d’oxygène plus forte que l’exhalation du 
CO2 correspondant. 
Dans VI expériences, en effet, nous avons trouvé (pour 10 kilos et par heure) : 
PERTE PAR 10 KILOGRAMMES ET PAR HEURE 
3,07 + 0,37 
1,36 4,15 
+ 2,14 3,50 
Ce qui donne une perte moyenne par 10 kilos et par heure de 2,49, soit seulement 
le quart de la perte survenant chez les individus normaux. 
Il esL probable qu’il y a dans cette évaporation d’eau de grandes différences indi¬ 
viduelles, corrélatives sans doute à une alimentation différente. Il y aurait là une étude 
intéressante à entreprendre qui donnerait sans doute quelques résultats imprévus. 
10. Conclusions générales sur la régulation thermique. — Ces faits divers et multiples 
sont liés entre eux par un lien étroit facile à saisir. Il faut cependant les résumer pour 
les bien faire comprendre. 
La température d’un animal à sang chaud peut se régler de diverses manières, et cela 
d’abord grâce au système nerveux qui détermine une intensité plus ou moins grande 
des combustions (musculaires surtout), de sorte que la chaleur varie selon que le système 
nerveux commande des phénomènes chimiques plus ou moins actifs. 
Mais, en même temps que la production de chaleur varie, la radiation calorique peut 
varier aussi, et le plus souvent les deux procédés sont employés concurremment : de 
sorte que la dépense est variable comme la recette. 
Si l’animal tend à se refroidir, pour compenser ce refroidissement, il augmente sa 
recette et diminue sa dépense. Inversement, s’il tend à s'échauffer, il diminue sa recette 
et augmente sa dépense. Grâce à cette double compensation, à la fois réflexe et centrale, 
l’équilibre est toujours maintenu. 
Cette dépense de calorique varie suivant deux modes très différents : a. la radiation 
cutanée ; ß. l’évaporation d’eau, cutanée ou pulmonaire. 
La radiation cutanée, fonction des vaso-moteurs et de la circulation de la peau, est 
tantôt forte, tantôt faible, suivant que l’afflux du sang à la périphérie est augmenté ou 
diminué. Par la constriction des vaisseaux de la peau, la radiation cutanée atteint un 
certain minimum ; mais, même quand il s’agit d’atteindre le maximum, il peut se faire que 
ce maximum soit inefficace, à cause de l’élévation thermique du milieu ambiant, et alors 
un procédé spécial de réfrigération est nécessaire; c’est l’évaporation d’eau qui permet 
à un animal de vivre même longtemps dans un milieu (sec) plus chaud que lui. 
En même temps qu’un appareil vaso-moteur qui règle la circulation cutanée d’après 
les excitations thermiques du milieu ambiant, il existe dans le bulbe un appareil spécial 
de régulation, qui a pour mission de refroidir l’animal. Cet appareil de réfrigération 
diffère chez les animaux qui ont de la sueur et les animaux qui n’en ont pas. Ceux qui 
sont capables de sueur perdent de l’eau par la peau; ceux qui n’ont pas de sueur per¬ 
dent de l’eau par les poumons. Mais le principe physique de ce refroidissement est 
toujours le même : c’est le passage à l’état gazeux d’une certaine quantité d’eau liquide, 
changement d’état qui absorbe la chaleur. 
Par conséquent, les mouvements respiratoires, outre la fonction chimique de 
l’échange gazeux, ont dans certains cas une autre fonction, à savoir le refroidissement 
par exhalation de vapeur d’eau. Chez l’homme, dont la peau est apte à la sudation, il 
n’y a pas d’appareil analogue; mais, chez le chien, cet appareil de réfrigération par 
une respiration fréquente existe et fonctionne avec une régularité parfaite. 
Ainsi la respiration a une double fonction. D’une part, elle satisfait aux besoins
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.