Bauhaus-Universität Weimar

CERVEAU. 
m 
appelait déjà vallée de Sylvius, est, chez les carnivores, les artiodactydes, les cétacés, 
les singes et l’homme, plus ou moins caché par une série de plis ou circonvolutions des 
lobes frontal, pariétal et temporal qui le recouvrent comme des toits (opercules). Du 
deuxième au troisième mois de la vie fœtale, le lobe estencore à découvert chez l’homme 
(Mendel). Dans les cas d’involution ou d’arrêt de développement du cerveau, chez 
maints idiots et microcéphales, cet élat fœlal peut persister. La base de l’éminence 
triangulaire que représente l’insula est située en haut, la pointe, ou pôle de l’insula, 
en bas : cinq ou neuf petites circonvolutions (gyri breves d’ARNOLu) en partent vers le 
septième mois de la vie intra-utérine, que divisent les sillons plus ou moins profonds 
interrompus par des traclus anastomotiques. De toutes la plus longue de ces circonvo¬ 
lutions est la postérieure, gyrus longus insulæ, qui se continuerait, suivant Giacomini, avec 
le pied delà circonvolution frontale ascendante (FA); la circonvolution antérieure de 
l’insula, la plus courte, est en continuité directe avee l’extrémité antérieure de F3 et la 
portion orbitaire du lobe frontal : « Toute la base de l’insula est donc ainsi en rapport 
écrivait le même savant anatomiste, avec le lobe frontal; son développement en dépend 
sans doute1. » Pour avoir une idée exacte des rapports de l’insulaavec les lobes adjacents 
ducerveau, Giacomini a pratiqué des séries découpés en différents senssur deshémisphères 
durcis. Avant de parler des travaux de Broca, d’EßERSTALLER et de Guldbergsue le même 
sujet, nous rappelions que les recherches de Giacomini ont confirmé celles de Rolando 
sur ce centre important du cerveau antérieur, considéré aujourd’hui par Flechsig 
comme un centre d’association du manteau au même titre que les grands centres d’asso¬ 
ciation antérieur et postérieur, partant comme « un organe de la pensée ». Or, pour le 
centre insulaire, ainsi que pour les centres frontal et pariéto-occipito-temporal de 
même nature, l’étude des connexions anatomiques, quelque imparfaite qu’elle soit 
encore, demeure la seule explication des conditions dernières des fonctions. Quels sont 
les rapports des circonvolutions de l’insula avec les tractus de substance grise et 
blanche interposés entre ce lobe et le noyau lenticulaire du corps strié ? Rolando avait 
signalé (Della struttura degli emisferi cerebrali, 1829) l’existence, entre les circonvolu¬ 
tions de l’insula et le ganglion extraventriculaire du corps strié, de « deux lames de 
substance blanche séparées par un mince tractus de substance grise» et appelé l’externe 
lamina della valle del Silvio, l’interne, lamina dei processi enteroidi verticali; le tractus de 
substance grise séparant ces deux lamelles de substance blanche, c’est l'avant-mur, le 
claustrum de Burdach, etlalame interne de/ubstance b.lanche qui le sépare de la surface 
externe du noyau lenticulaire, c’est ce qu’on nomme également, depuis Burdach, la 
capside externe (la lumina dei processi enter, vert, de Roland). Les extrémités antérieure 
et postérieure de Vavant mur se perdent dans la substance grise des circonvolutions qui 
limitent en avant et en arrière la scissure de Sylvius, dans les lobes frontal et temporal. 
Par conséquent Yavant-mur, doit être considéré commeune dépendance de la substance 
grise des circonvolutions de l’insula, dit Giacomini, et plus spécialement leur ein 
quième couche de cellules nerveuses, ou couches de cellules fusiformes. Meynert avait 
observé que Y avant-mur est uniquement constitué d’éléments nerveux identiques à ceux 
qu’il avait rencontrés en- majorité dans la cinquième couche de son type général 
de l’écorce cérébrale; il avait donc donné à cette couche le nom de formation 
de Yavant-mur. On appelle aussi cellules claustrales ces mêmes cellules fusiformes. Sur 
des cerveaux d’idiots, Betz a souvent trouvé Yavant-mur presque indiscernable d’avec 
la substance grise des circonvolutions de l’insula. La capsule externe, qui a bien des 
rapports de voisinage avec le noyau lenticulaire, n’en soutiendrait ni de fibrillaires ni 
de vasculaires : les fibres qui la constituent seraient celles des fibres arciformes reliant 
la substance grise des circonvolutions des lobes qui environnent la scissure de Sylvius. 
Quant au mince tractus de substance blanche qui sépare l’écorce des circonvolutions 
de l’insula de Yavant-mur, et que Rolando avait fort bien nommé lamina della \alle 
del Silvio, il serait formé de fibres nerveuses reliant entre elles les circonvolutions de 
l’insula, de même nature par conséquent que celles de la capsule externe, et désignées 
aussi par le nom de fibræ arcuatæ. 
Chez aucun peuple et dans aucun temps, personne n’a mieux montré que Paul Broca 
t. Giacomini. Cuida allô studio delle circonvoluzioni cerebralidell’uqmo. Torino, 4884 ; 92 sp.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.