Bauhaus-Universität Weimar

680 
CERVEAU 
à des âges divers, mais dans une même espèce et au même âge. Voici les moyennes que 
j’ai pu calculer à ce sujet en utilisant des documents divers et que j’emprunte à mes mé¬ 
moires sur cette question (1882,1883). L’examen de ces chiffres permet d’apercevoir déjà 
plus nettement l’influence dont il s’agit et, en même temps, sa dissimulation plus ou 
moins prononcée sous l’influence du développement intellectuel que nous ferons ressortir 
à son tour : 
24 taupes (;pesées au Laboratoire d’Anthropologie). 
POIDS 
RAPPORT 
du corps C. 
ENCÉPHALE E. 
(C=100). 
gr- 
gr- 
7 mâles de 90 à 104 grammes..... 
97,0 
0,974 
1,0 
7 _ _ 77 à 90 — ..... 
85,5 
0,973 
1,13 
7 femelles de 90 à 97 grammes. . . . 
93,2 
0,950 
1,02 
5 _ _ 77 à 89 - .... 
82,0 
0,922 
1,12 
45 chevaux et juments (utilisation 
des pesées 
de G. Colin). 
kil. 
gr- 
15 plus lourds............. 
428,9 
626,7 
0,14 
15 moyens.............. 
375,9 
640,5 
0.17 
15 plus petits............. 
300,4 
592,8 
0,19 
4 ânes................ 
122,5 
368,0 
0,30 
La supériorité du poids relatif de l’encéphale des taupes comparées aux chevaux pa¬ 
raîtra très faible pour une différence de taille aussi énorme. Cela tient à ce que les 
taupes étaient toutes grasses, tandis que les chevaux et juments abattus étaient cer¬ 
tainement d’une maigreur extrême, pour la plupart. 
40 chiens (utilisation des pesées de G. Colin). 
9 chiens de 30 kil. à 39kil,5. . . 
9 — — 20 — à 30 excl.. . 
10 — — 10 — à 20 excl.. . 
10 — au-dessous de 10 kil.. 
2 jeunes............ 
12 chats adultes......... 
2 jeunes............ 
kil. 
gr- 
35,187 
108,17 
0,30 
23,095 
99,50 
0,43 
14,791 
86,25 
0,58 
7,259 
68,53 
0,94 
2,990 
55,75 
1.86 
2,526 
27,33 
1,08 
1,023 
23,50 
2,29 
On voit qu’en opérant sur des groupes et en utilisant la méthode des moyennes, on 
met très bien en évidence la relation qui existe entre le poids de l’encéphale et la masse 
du corps, relation que les variations individuelles et accidentelles avaient fait considérer 
comme douteuse ou faible pas divers auteurs troublés par le fait que des animaux de 
même espèce et de même poids présentaient des différences de poids encéphalique con¬ 
sidérables. 
Cette relation est pourtant assez étroite pour apparaître sans exception dans une 
série de neuf chiens de races diverses et rangés dans l’ordre de leurs poids. Les chiffres 
ci-dessous ont été obtenus au Laboratoire d’anthropologie : 
Un chien terre-neuve............. 
— — de berger.............. 
— — de bouvier mâle........... 
— — boule mâle............. 
— — griffon femelle........... 
— — lévrier femelle............ 
— — griffon femelle........... 
— — métis de terre-neuve et griffonne. . . 
— — havanais.............. 
kil. 
gr. 
40,0 
116 
0,29 
24,6 
93 
0,37 
20,0 
103,5 
0,51 
13,0 
93,5 
0,71 
3,6 
62 
1,72 
3,5 
72 
2,05 
1,7 
45 
2,66 
1,6 
58 
3,23 
1,3 
46 
3,63 
Il n’en est pas moins vrai que l’emploi des moyennes calculées sur des groupes suffi 
samment forts d’individus est indispensable pour fournir des chiffres valables sur la ques-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.