Bauhaus-Universität Weimar

376 CAFÉINE. 
qu’on la chauffe avec de l’hydrate de baryte. Il se forme dans ce cas un nouvel alcaloïde 
que l’on a nommé « caféidine ». 
Une réaction importante est celle que l’on obtient en chauffant la caféine avec de la 
chaux sodée ; il se produit un dégagement d’ammoniaque et il reste un mélange de car¬ 
bonate de potasse, de carbonate de soude et de cyanure de sodium : cette réaction dis¬ 
tingue nettement la caféine de la pipérine, de la morphine, de la quinine et de la cin¬ 
chonine qui dans les mêmes conditions ne donnent pas de cyanure de sodium. 
La caféine donne des sels avec les acides, mais d’après les recherches de Tanret les 
véritables sels ne seraient obtenus qu’avec les acides minéraux, les acides organiques 
ne donnant lieu qu’à des mélanges fort peu stables que l’on ne doit pas considérer 
comme des sels. « Les propriétés alcaloïdes de la caféine, dit-il, sont extrêmement 
faibles ; c’est ainsi que sa réaction est parfaitement neutre au tournesol et que les réactifs 
ordinaires des alcaloïdes, l’iodure double de mercure et de potassium et le réactif de 
Bouchardat ne la précipitent que si ses solutions sont relativement très chargées. N’étant 
pas alcaline, la caféine est incapable de neutraliser la plus petite quantité d’acide, et, si 
elle forme des sels avec certains acides, ces sels sont loin d’être aussi stables qüe ceux 
de la plupart des autres alcaloïdes. » 
L’acétate, le valérianate, le lactate, le citrate de caféine ne sont pas des sels, mais 
des mélanges d’acide et de caféine que l’on devrait faire disparaître des ouvrages de 
thérapeutique et du langage médical et scientifique. 
Les acides minéraux, au contraire, tels que l’acide chlorhydrique, l’acide bromhy- 
drique forment des sels que l’on obtient en très beaux cristaux, mais qui ne sont pas 
stables et que l’eau et l’air libre décomposent. 
Tanret a remarqué que la caféine en présence du benzoate, du cinnamate, du salicy¬ 
late de soude se dissolvait dans très peu d’eau et formait ainsi des sels doubles, très 
solubles et très riches en caféine. «Ce qui prouve, dit-il, qu’il y a là plus qu’une simple 
solution, c’est que, pour un poids déterminé de caféine, il faut des poids également 
déterminés de ces sels alcalins; autrement dit, la combinaison a lieu d’après les équiva¬ 
lents de ces divers corps. » 
Le cinnamate de soude dissout la caféine dans l’eau, équivalent pour équivalent : 
170 de cinnamate pour 224 de caféine. Ce sel double contient ainsi 58,9. p. 100 de caféine. 
Le benzoate de soude et de caféine contient, pour deux équivalents de benzoate de 
soude (288), un équivalent de caféine (244), soit 45,8 p. 100 de caféine. 
L’acide salicylique permet d’obtenir le sel double le plus riche en caféine : un équiva¬ 
lent de salicylate de soude (160) permet la dissolution d’un équivalent de caféine (244). 
Ce qui donne 61 p. 100 de caféine. 
La solubilité de ces sels doubles est telle qu’on peut obtenir facilement avec le 
benzoate et le cinnamate de soude des solutions contenant par centimètre cube 20 cen¬ 
tigrammes de caféine et jusqu’à 30 centigrammes avec le salicylate. 
Voici les formules proposées par Tanret : 
N° 1. Benzoate de soude.......... 2«r 95 
Caféine............... 2Kr,50 
Eau distillée........ 6 gr. ou q. s. pour 10 cc. 
Chaque centimètre cube contient 25 centigrammes de caféine. 
N° 2. Salicylate de soude.......... 3sr,10 
Caféine............... 4 gr. 
Eau distillée........' 6 gr. ou q. s. pour 10 cc. 
Chaque centimètre cube contient 40 centigrammes de caféine. 
La dissolution doit se faire à chaud, au bain-marie. 
N° 3. Cinnamate de soude......... 2sr,!0 
Caféine............... 2^,10 
Eau............ q. s. pour 10 cc. 
Grâce à ces formules on obtient des solutions qui permettent, sous un petit volume, 
d’injecter des quantités assez fortes de caféine par la voie hypodermique.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.