Bauhaus-Universität Weimar

AUDITION. 
Au quatrième mois, l’oreille est déjà toute développée, et ses diverses parties ressem¬ 
blent, au volume près, à celles de l’adulte. 
On voit alors très nettement que la cavité de l’oreille moyenne est virtuelle ; qu’elle 
est remplie par un « bourrelet gélatiniforme » formé par la muqueuse qui couvre la 
paroi interne ou labyrinthique; ce bourrelet contient la tête du marteau et Ja chaîne 
des osselets incluse, comme je l’ai dit. 
La cloison en est séparée par un épithélium pavimenteux manifeste; l’insufflation 
sépare les deux surfaces contiguës, libres. 
Ce tissu gélatiniforme est constitué par des cellules de tissu conjonctif embryon¬ 
naire, des vaisseaux et contient des plexus nerveux avec des cellules bipolaires (Gelle) 
(plexus tympanique). 
Ce tissu muqueux englobe les osselets, la corde du tympan; comble l’attique et 
couvre la paroi labyrinthique (fîg. de Gellé, Trav. du laboratoire, Laborde, t. i). La caisse 
reste ainsi virtuelle jusqu’à la naissance. A ce moment, sous l’influence de la déglutition 
et de la respiration, le bourrelet disparaît, la muqueuse se modèle sur les saillies osseuses 
qu’elle recouvre, formant les plis et replis qui sous-tendent les parties saillantes, et l’air 
pénètre. 
Sur les fœtus de chat, de veau, etc., on enlève le tympan; et la surface lisse, molle, 
gélatiniforme, sous-jacente conserve l’empreinte du manche et fait saillie; c’est la 
muqueuse, comme œdématiée, couverte de son épithélium pavimenteux. 
Le marteau est très visible, très net au quatrième mois (Balfour, fig. 70, p. 270, 
d’après Parker). 
Plus tôt, il fait corps avec le cartilage de Meckel, dont il est l’extrémité tympanique 
(Kölliker, Parker, Gegenba.ur, A. Robin et Magitot). 
La tête est très volumineuse et très longue relativement au manche longtemps car¬ 
tilagineux et dépasse de beaucoup la cloison encore incomplète. 
La tête de l’enclume est aussi incluse dans le magma gélatiniforme qui comble les 
anfractuosités de l’oreille moyenne ; l’étrier est plus profondément situé au niveau de 
la dépression de la paroi labyrinthique qui répond au vestibule. 
Le tendon du muscle interne du marteau se porte perpendiculairement de la paroi 
interne sur l’osselet. 
Au cinquième mois, on constate que la membrane de Schrappnel est constituée par 
le périoste de l’écaille temporale dont les deux couches s'accolent; du côté du conduit, 
la peau recouvre cette lamelle fibreuse d’origine périostique; du côté de la caisse, c’est 
le magma gélatiniforme qui est en contact immédiat avec la lame périostique interne; 
par suite, on voit qu’il n’existe en ce point aucune perforation : il n’y a pas de trou de 
Rivinus. 
Au moment de la résorption du bourrelet gélatiniforme, à la naissance, la mu¬ 
queuse s’atrophie et se moule sur toutes les saillies, engaine tous les organes qui s’y 
trouvaient englobés; tels la corde du tympan, le tendon du muscle du marteau, le 
ligament suspenseur du marteau et l’ensemble des osselets et de l’étrier qui tous se 
dégagent et s’isolent. 
Pavillon de Voreille. — Le développement de cette partie de l’organe a été étudié 
sur l’embryon humain et diversement décrit (Kölliker, Hirtz, Gradenigo, P. Poirier, 
p. 205 et suiv., fîg. de His; et Testut, p. 276, d'après Schwalbe). 
On observe d’abord un bourgeonnement multiple de la partie de la première fente 
branchiale qui avoisine la vésicule auditive. 
Il y a six bourgeons dont l’inférieur formera le lobule. Des deux situés au-dessus; 
l’un antérieur sera le tragus; l’autre postérieur, l’antitragus; les autres forment l’hélix. 
Mais, dans ses planches sur le développement du pavillon, Gradenigo montre une autre 
évolution de ces parties (1888). 
Pour lui les six premiers bourgeons de cette région formeraient la conque; le reste 
naît de bourgeonnements secondaires successifs. Kölliker ne donne point non plus la 
même description que His (Poirier); et Schwalbe a publié des figures du pavillon, au cin¬ 
quième et au sixième mois, dont les contours et cavités sont déjà bien indiqués; il y 
trouve, avons-nous dit ailleurs, le tubercule simiesque de Darwin. 
Au cinquième mois le tragus est bien séparé, quelquefois double (tubercule supra-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.