Bauhaus-Universität Weimar

492 
ANÉLECTROTONUS — ANÉMIE. 
La science de la vie suppose la science de l’organisation, parce que les fonctions 
d’un organe sont liées à la structure de cet organe ; les travaux du physiologiste sont 
nécessairement et immédiatement enchaînés aux recherches de l’anatomiste, « et la 
science des fonctions, privée du flambeau de la science de l’organisation, ne peut que 
marcher au hasard et se nourrir seulement des écarts du génie ». 
PIERRE SEBILEAU. 
ANÉLECTROTONUS. — Nom sous lequel est désigné l’état électrique, à 
l’anode, d’un muscle ou d’un nerf soumis pendant un certain temps à l’action d’un cou¬ 
rant électrique (Voy. Électricité, Electrotonus). 
ANÉMIE (de à et a-ga, sang, privation de sang). — Pathologie. — En pathologie 
l’anémie signifie une maladie caractérisée par la diminution du sang, et plus particu¬ 
lièrement de certains éléments du sang, les globules rouges; soit que le nombre des 
globules rouges ait diminué par rapport au plasma, soit, le plus souvent, que la teneur 
de ces globules rouges en hémoglobine ait diminué, de manière à altérer notablement 
l’hématose d’une part, et d’autre part la vie des tissus, spécialement des centres nerveux. 
L’histoire de l’anémie relève donc exclusivement de la pathologie ; soit pour ses causes, 
qui sont multiples; soit pour ses modalités, et la marche générale de la maladie. Les 
déductions importantes qu’on peut tirer de la physiologie normale, au point de vue de 
la nutrition, de la calorification, de l’innervation, seront exposées aux articles Fer, 
Hématie, Hémoglobine et Sang (Voy. aussi Potatn. Art. « Anémie » du Diet, encycl.). 
Notons seulement que l’anémie, qui jouait jadis un si grand rôle dans la pathologie, est 
bien déchue de son importance, et que certaines affections, comme par exemple l’ané¬ 
mie des mineurs, lui ont été totalement enlevées. 
En physiologie générale, l’anémie signifie la privation de sang d’un tissu. Elle est 
très importante à étudier d’une manière tant soit peu approfondie; car elle nous apprend 
quelles sont les propriétés essentielles, caractéristiques de tel ou tel tissu vivant, indépen¬ 
damment du sang oxygéné qui l’irrigue. 
Anémie et Hémorrhagie. — Quand on provoque la mort d’un animal par hémor¬ 
rhagie, on le tue en réalité par anémie, mais les symptômes généraux des hémorrhagies 
sont trop complexes pour être étudiés ici (Voir Hémorrhagie). D’ailleurs nous étudions, 
dans cet article, non la mort de l’individu, mais la mort de chaque tissu. L’individu 
meurt quand le système nerveux n’est plus en relation avec un appareil circulatoire 
intact; mais chaque tissu survit plus ou moins longtemps à cette mort de l’individu, et 
c’est précisément cette survivance des tissus que nous avons à étudier. 
On peut cependant, dans quelques cas, faire périr un animal par anémie sans sous¬ 
traction du liquide sanguin. Alors ce n’est pas l’anémie totale qui le tue; mais seulement 
l’anémie cérébrale. On change les conditions d’équilibre d’un quadrupède en le mettant 
la tête en l’air. L’expérience a été faite par Salathé (D. P., 1877), et je l’ai maintes 
fois répétée dans mes cours. En plaçant un lapin dans la position verticale, et en l’atta¬ 
chant sur une planche, on le fait mourir en une vingtaine de minutes environ. Quelque¬ 
fois, sans qu’on en connaisse bien la cause, l’expérience ne réussit pas. Même, chez le 
chien, elle ne réussit jamais dans les conditions normales. Mais Hayem a montré qu’après 
une hémorrhagie abondante, quoique non immédiatement mortelle, un chien meurt 
au bout de deux ou trois minutes si on le place dans la position verticale, ce que j’ai 
aussi vérifié comme parfaitement exact (B. B., 1891, p. 35. Influence de l’attitude sur 
l’anémie cérébrale). 
Ce qui rend cette expérience instructive, c’est qu’elle établit bien la différence entre 
la mort de l’individu et la mort des tissus. IL est clair que le cerveau et le bulbe sont dans 
ce cas les seules parties de l’organisme anémiées; mais cela suffit pour amener la mort 
de l’individu, par suite de la domination que l’appareil nerveux exerce sur les autres 
appareils. L’anémie d’un seul organe aussi important que le cerveau et le bulbe amène 
la mort du cœur, et par suite celle de tous les autres organes : c’est sans doute le cas 
de toutes les morts, quelles qu’elles soient. Elles sont dues à la mort du système ner¬ 
veux central, qui régit la circulation et la respiration. 
Anémie des tissus en général. — A mesure qu’on étudie de plus près l’histoire
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.