Bauhaus-Universität Weimar

86 
ACÉTATES — ACÉTIQUE (Acide). 
paraître le dicrotisme du pouls. On l’a administrée, avec plus ou moins de succès, dans la 
pneumonie, la pleurésie, la fièvre hectique, la gangrène pulmonaire, même dans les 
accès paludéens qu elle modère, l’érysipèle, la phtisie, l’angine, et toutes les maladies 
présentant de la fièvre. 
A cause de son action sur le système nerveux, elle a été considérée comme un médi¬ 
cament nervin précieux pouvant rendre les mêmes services que l’antipyrine, la quinine et 
même pouvant remplacer la morphine (Demiéville). Elle ne serait pas plus dangereuse 
que les autres nervins, et aurait des effets hypnotiques. 
Elle est pourtant inférieure à l’antipyrine pour combattre la douleur aiguë récente, 
niais elle lui est supérieure pour calmer les douleurs des ataxiques, des rhumatismes chro¬ 
niques et des névralgies anciennes. 
On l’a conseillée contre l’épilepsie (Faure), mais elle est inefficace. Laborde pourtant 
la préconise contre l’épilepsie vertigineuse. Elle peut rendre des services dans les états 
inflammatoires qui se présentent chez les aliénés. Mais elle réussit mieux que l’antipy¬ 
rine dans les excitations motrices, les trépidations épileptoïdes, les réflexes exagérés, les 
tremblements et les tics douloureux de la face. 
On peut dire d’une manière générale que l’abaissement de la température produit par 
cette substance atténue les phénomènes nerveux, le délire, l’anxiété, diminue les dou¬ 
leurs et favorise le sommeil. 
A cause de ses propriétés physiologiques, on ne doit pas employer l’acétanilide chez 
les malades où il y a à craindre du collapsus, de même que l’on ne doit dépasser cer¬ 
taines doses au delà desquelles les phénomènes d’empoisonnement ne tardent pas à se 
développer. 
L’acétanilide s’administre à des doses qui varient suivant l’effet et la susceptibilité du 
sujet. D’une façon générale on la donne en cachets de 0,25 à 0,50 centigrammes, 
de quatre en quatre heures jusqu’à effet, en surveillant attentivement l’administration 
du remède, de façon à pouvoir arrêter à temps. On peut ainsi en donner jusqu’à 
3 grammes dans les vingt-quatre heures (Lépine), mais c’est une dose qu’il ne faut pas 
dépasser. 
Son peu de solubilité rend son administration difficile en liquide. Dujardin-Beaumetz 
conseille de la donner mélangée à l’élixir de Garus. 
Les travaux publiés sur l’acétanilide sont très nombreux. On trouvera une bonne 
revue générale par H. Chouppe, R. S. M., xxx, 1887, 726, et une autre par Lépine, Arch, 
de méd. exp., n, 450 et 555. CHLIVON. 
ACÉTATES. — Combinaisons de l’acide acétique avec les bases. 11 y a des 
acétates neutres, acides ou basiques. 
Sauf les acétates d’argent et de protoxyde de mercure, ils sont tous solubles dans 
l’eau et dans l’alcool, et présentent presque tous l’odeur caractéristique de l’acide acé¬ 
tique. La chaleur rouge les décompose en produits empyreumatiques et en carbures 
d’hydrogène. Mais si, avant d’être chauffé, l’acétate est mélangé avec un excès d’alcali, 
il donne seulement du gaz des marais et de l’acide carbonique qui reste uni à l’alcali, 
dédoublement intéressant. Chauffés avec de l’acide sulfurique en présence de l’aloool, 
ils donnent de l’éther acétique. 
Leur réaction caractéristique est celle que produit l’azotate mercureux. On obtient 
un précipité blanc décomposable par la chaleur, avec formation de mercure métallique. 
Les acétates s’obtiennent en faisant agir l’acide acétique directement sur les bases 
ou les carbonates ou encore par double décomposition. 
Plusieurs acétates sont employés en médecine, mais leur action physiologique est 
double, elle tient de l’acide et de la base. Avec certains, c’est surtout l’action de l’acide 
acétique, par exemple les acétates de soude ou de potasse; avec d’autres, au contraire, 
c’est l’action de la base qui domine, comme avec les acétates de mercure, de 
plomb, etc. 
ACÉTIQUE (Acide). — C2H402 ou C2H30, OH, hydrate d’éthyle. — L’acide 
acétique est le résultat de l’oxydation de l’alcool, qui, sous l’influence d’un ferment spé-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.