Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Note sur un moyen de mesurer des intervalles de temps extrémement courts, comme la durée du choc des corps élastiques, celle du débandement des ressorts, de l'inflammation de la poudre, etc.; et sur un moyen nouveau de comparer les intensités des courants électriques, soit permanents, soit instantanés
Person:
Pouillet
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit29399/3/
( i386 } 
ment d’inertie, de Ja quantité et de la distribution de son magnétisme 
libre; pais elle dépend aussi de l’intensité du courant électrique et du temps 
pendant lequel il a exercé son action ; enfin les oscillations qui en sont la 
suite et qui sont produites par la force magnétique terrestre, dépendent elles- 
mêmes de cette première impulsion. Ainsi la masse et la vitesse du projec¬ 
tile sont ici remplacés par l’intensité du courant et par le temps pendant 
lequel il agit, si bien que la durée de son action peut se déduire de son in¬ 
tensité, pourvu que les conditions relatives à l’aiguille soient complètement 
connues. 
» S’il arrive par conséquent qu’un courant électrique puisse agir d’une 
manière régulière et identique à elle-même, pendant un instant très-court, 
tel par exemple qu’un millième ou un dix-millième de seconde, et s’il arrive 
on même temps qu’il puisse, par cette action si prompte, produire, sur un 
système magnétique convenable, une première impulsion, une déviation 
primitive assez lente et d’une amplitude assez étendue, rien ne sera plus fa¬ 
cile que de déterminer avec exactitude des intervalles de temps qui se comp¬ 
tent par millièmes ou par dix-millièmes de seconde. Pour obtenir de telles 
mesures au moyen des aiguilles aimantées, tout se réduit donc à ces deux 
questions essentielles : Quelle est la limite de temps nécessaire à un courant 
pour traverser un circuit donné? quelle est la limite d’amplitude des dévia¬ 
tions qu’il peut produire sur le système magnétique le plus impressionnable? 
» La première question a été examinée dans l’un des Mémoires que j’ai 
présentés à l’Académie en i83y sur les lois de l'intensité des courants électri¬ 
ques ; j’avais constaté alors qu’un circuit de plusieurs milliers de mètres de 
longueur était traversé par le courant dans un espace de temps qui ne 
s’élevait pas àde seconde, et que dans cet instant si rapide, ce n’était 
pas seulement une partie de l’électricité qui se manifestait dans le circuit, 
mais que le courant passait intégralement avec toute son intensité. Je 
ne sache pas que, depuis cette époque, on ait poussé plus loin ce genre de 
recherches ; j’admettrai donc ce résultat comme la limite de ce qui est dé¬ 
montré, mais non pas comme la limite de ce qui peut l’être ; je suis porté à 
croire , au contraire, que dans un temps plus court, l’électricité peut traver¬ 
ser un circuit d’une étendue beaucoup plus considérable. Il serait intéres¬ 
sant de faire des expériences sur ce sujet avec des circuits de trois ou quatre 
cent mille mètres, comme ceux qui sont employés aux télégraphes élec¬ 
triques; en opérant sur de telles longueurs, on aurait de bien plus grandes 
facilités pour trouver la limite de vitesse avec laquelle se propage l’électricité,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.