Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Recherches sur les effets produits par l`excitation du bout central du pneumogastrique et de ses branches sur la respiration, le coeur et les vaisseaux
Person:
Francois-Franck, A.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit29376/98/
378 
FRANÇOIS-FRANCK. 
l’extérieur, la bronche correspondante au pneumogastrique 
intact, on empêche les vapeurs irritantes de s’engagerdans le 
poumon du même côté, et on n’observe plus l’arrêt respira¬ 
toire réflexe avec excès d’aspiration thoracique. 
Toutes ces expériences doivent être faites sur des ani¬ 
maux qui ne réagissent pas par des mouvements généraux : 
aussi est-il presque toujours nécessaire de leur administrer au 
préalable une dose de morphine suffisante pour les engourdir. 
%0Effets cardiaques des irritations de la muqueuse pulmonaire. 
—A l’inverse des excitations laryngées qui produisent si faci¬ 
lement l’arrêt réflexe du cœur, les irritations des nerfs sen¬ 
sibles du poumon ne déterminent que des troubles peu accusés 
du rythme cardiaque : il semble que l’excitabilité des nerfs 
sensibles de l’appareil respiratoire décroît du larynx aux 
petites bronches, du moins au point de vue des effets cardia¬ 
ques modérateurs. Gomme, d’autre part, les irritations pulmo¬ 
naires avec des vapeurs irritantes déterminent, ainsi que nous 
l’allons voir, des troubles très marqués dans la pression arté¬ 
rielle, il est difficile d’affirmer que les modifications cardia¬ 
ques observées, résultent uniquement d’influences nerveuses 
réflexes mises en jeu par l’irritation en do-pulmonaire. Voici 
cependant quelques faits qui peuvent établir la réalité des ré¬ 
flexes cardiaques produits par l’irritation inlra-pulmonaire 
avec les vapeurs d’ammoniaque et de chloroforme. 
1° Chez les animaux dont les deux pneumogastriques sont 
intacts et qui présentent une certaine sensibilité (jeunes chiens 
lévriers, chiens dits havanais, chats en digestion), l’inhala¬ 
tion de vapeurs irritantes par la trachée produit soit le ralen¬ 
tissement réflexe régulier des battements du cœur, soit une 
véritable arythmie. 
2° Après l’administration de l’atropine, le ralentissement 
réflexe du cœur a disparu chez un chat qui avait présenté 
un ralentissement régulier; l’atropine n’a point empêché 
l’arythmie de se reproduire chez un jeune chien qui avait 
présenté une chute de pression avec grandes irrégularités 
du cœur (1). 
(1) Je ne puis m’empêcher de rapprocher ce second fait des résultats qu'a 
obtenus Heidenhain chez les animaux atropinisés dont il élevait considérable*
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.