Bauhaus-Universität Weimar

194 MAISEY. 
Poiseuille substitua l’emploi du manomètre à mercure. Ce 
fut d’abord un tube de verre courbé en U (1, fig. 93) dont 
une des branches communiquait par un ajutage effilé avec le 
sang d’une artère. La dénivellation du mercure exprimait la 
valeur de la pression cherchée (1). 
. Le plus important perfectionnement qu’ait reçu le mano¬ 
mètre à mercure est celui par lequel Ludwig en fit un appa¬ 
reil inscripteur qu’il désigna sous le nom de kymographion. 
Ce fut, je crois , la première introduction d’un appareil 
inscripteur en physiologie. Aujourd’hui, l’usage de cet instru¬ 
ment est très-répandu ; on n’étudie plus guère les pressions, 
dans l’organisme animal, sans inscrire les variations qu’elles 
présentent. 
J’ai longuement discuté ailleurs (2) la valeur des indica¬ 
tions que fournit en physiologie le manomètre à mercure et 
je crois avoir démontré que cet appareil n’est bon que pour 
donner la valeur d’une pression qui reste constante ou du 
moins qui ne varie qu’avec une extrême lenteur, mais que, 
pour la plupart des usages physiologiques, et particulièrement 
pour mesurer la pression du sang dans les artères, le ma¬ 
nomètre à mercure ne vaut rien, car il déforme, par les 
oscillations propres de sa colonne, les indications qu’il devrait 
fournir. 
La seule mesure exacte que puisse donner un manomètre à 
mercure, relativement à la pression du sang, c’est la mesure 
de la valeur moyenne de cettë pression. J’ai appelé mano- 
(1) Celte dénivellation résultant de 1 elevation du niveau dans une branche 
et de 1 abaissement dans 1 autre., il s ensuit Qu’une échelle centimétrique 
d’après laquelle on lirait les changements de niveau d'une des branches 
n exprimerait que la moitié de la pression qui agit sur l'instrument ; il faut 
donc doubler la valeur du mouvement produit dans la branche libre du mano¬ 
mètre de Poiseuille. 
Les oscillations du mercure sont deux fois plus étendues, si l’on emploie la 
disposition suivante;,.adoptée par Guettet (2, fig.; 93).. D’Un large flacon 
plein de mercure se détache une colonne manométrique verticale.. La 
pression agit sur la surface du mercure contenu dans le,flacon et, grâce à la 
grande étendue de cette surfaee, le changement de niveau, à peine sensible 
dans le flacon, se produit presque tout entier,dans la colonne manométrique. 
Les choses se passent, pour cet instrument, comme pour un baromètre muni 
d’un large réservoir. . ■ : . 
(2) Physiologie médicale de la circulation du sang, p. 141.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.