Bauhaus-Universität Weimar

18 
MARE Y. 
Supposons que le cœur donne, par son rhythme propre, 
un battement par seconde et qu’on lui applique des cou¬ 
rants induits successifs au nombre de 10 par seconde; le 
cœur ne fera que doubler ou tripler la fréquence de ses mou¬ 
vements. De sorte que, dans les conditions où un muscle or¬ 
dinaire eût réagi 10 fois, le cœur ne réagit que 2 ou 3 fois. 
Afin de rendre bien saisissable la manière dont les choses 
se passent, on a inscrit, dans la figure 29, le nombre des exci¬ 
tations que le cœur recevait, en même temps que le nombre 
des systoles qu’il effectuait. Un signal électrique traversé par 
le courant inducteur sert à compter le nombre des courants 
induits qui sont envoyés au cœur de la grenouille : chaque 
inflexion de la ligne inférieure crénelée correspond à la pro¬ 
duction d’un courant induit (1). 
La figure 29 montre une série d’expériences faites avec des 
courants induits d’intensité constante, mais de fréquences 
inégales : pour la ligne 1 les courants se répétaient 16 fois 
par seconde; pour la ligne 2, 14 fois; pour la ligne3, 8 lois. 
(1) En effet, à chaque fois que la ligne s'élève, c’est que le courant induc¬ 
teur est rompu et que la désaimantation du fer doux; abandonne le style tra¬ 
ceur à la traction d’un ressort. Chaque fois que la ligne s’abaisse, c’est que le 
courant est refermé et que l’aimantation du fer doux rappelle le style malgré 
la tension du ressort.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.