Bauhaus-Universität Weimar

382 
SlAREY. 
Si la tension artérielle s'élève par suite d’obstacle à l’écoulement 
du sang par les capillaires, cet accroissement s'accompagne de 
■ diminution de l’amplitude du pouls. 
Ces propositions sont particulièrement faciles à démontrer 
dans des conditions artificielles, les seules qui permettent de 
modifier, à coup Sûr, l’élément impulsion et l’élément résis¬ 
tance. Or, si nous nous reportons aux expériences faites sur 
le schéma de la circulation, nous voyons, figure 151, que 
tandis que le cœur développe des efforts systoliques toujours 
les mêmes, ce dont on peut juger par les tracés de la pres¬ 
sion ventriculaire et de la,pulsation cardiaque, le pouls dimi¬ 
nue d’amplitude quand un obstacle à l’écoulement du liquide 
vient élever la pression dans les vaisseaux. La théorie est 
toute simple ; aucun doute n’est possible sur l’origine du phé¬ 
nomène. En effet, la force du cœur est limitée, elle ne peut 
donc lutter contre la pression du sang artériel qu’autant que 
cette pression lui sera inférieure et il doit nécessairement ar¬ 
river un moment où, la pression, s’élevant d’une manière gra¬ 
duelle par suite de la suppression de l’écoulement, cette 
pression sera précisément égale à la force du ventricule. A ce 
moment, l’effort du cœur n’enverra plus du tout de sang 
dans les artères, et toute variation de pression, toute pulsa¬ 
tion, par conséquent, sera supprimée. 
Nous pouvons également, au moyen du schéma, savoir ce 
qui arrive du côté de la pression variable, c’est-à-dire de la 
force des pulsations artérielles, quand on modifie la force du 
cœur toute seule, tandis que la résistance à l’écoulement du 
liquide reste la même. 
On a vu (figure 45), à propos;de la construction de cet ap¬ 
pareil, que pour accroître ou diminuer la force impulsive du 
cœur, il suffit d’augmenter ou de diminuer le nombre des an¬ 
neaux de caoutchouc qui servent d’intermédiaire dans la 
transmission du mouvement imprimé par la came. En opé¬ 
rant dans des conditions de force du cœur graduellement 
croissante, j’ai obtenir des amplitudes dé plus en plus grandes 
de la pression variable à mesure que la force du cœur crois¬ 
sait. Conformément à ce que nous avons vu dans le précédent 
chapitre, la pression constante augmentait également par 
l’effet de l’accroissement de la force du cœur.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.