Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La méthode graphique dans les sciences expérimentales (Suite)
Person:
Marey, Jules É.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit29357/14/
268 
MAREY. 
inscrit dans une étendue considérable ; si courte que soit la 
durée de la chute, elle suffit pour révéler la forme parabo¬ 
lique du tracé et pour montrer les lois des espaces et celles 
des temps. 
La disposition représentée figure 125 peut être avantageu¬ 
sement modifiée en substituant au crochet qui retient le cha¬ 
riot et au fil qu’on brûle un électro-aimant qui, par une 
disposition fort simple, retient le fil jusqu’à la rupture d’un 
courant de pile. On peut faire arriver cette rupture à un même 
moment de la rotation du cylindre (voir les expériences dé¬ 
crites %. 79) et alors on obtient, dans une série d’expériences 
consécutives, une série de courbes dont les origines sont 
toutes en un même point. C’est ainsi qu’a été obtenue la 
figure 126 avec ges trois courbes. 
Courbe du mouvement produit par la pesanteur. — On place 
le cylindre verticalement et on maintient au moyen de lՎ 
lectro-aimant le curseur chargé d’un poids. On fait tourner 
le cylindre, et quand il a pris sa vitesse, on rompt le courant 
de l’électro-aimant. Le poids tombe et trace la courbe 1, 
fig. 126, c’est la courbe classique des effets de la pesanteur. 
Mais si l’on appliquait au chariot des forces plus grandes 
ou plus petites que la pesanteur, on aurait des accélérations 
plus grandes ou plus petites que celles que représente la 
courbe n°1. 
Courbe du mouvement produit par une force plus grande 
ou moins grande que la pesanteur. —La pesanteur, force con¬ 
stante, est assimilable à toute autre force de même caractère, 
par exemple à la traction d’un ressort dont l’élasticité ne 
changerait pas. On peut réaliser un ressort de ce genre. Un 
fil de caoutchouc de plusieurs mètres de longueur ne chan¬ 
gera pas sensiblement de force élastique pendant le mouve¬ 
ment du chariot. Or, ce fil, on peut le tendre avec une 
force connue ; il suffit de suspendre à son extrémité un poids 
convenable, 10, 100, 1,000 grammes, par exemple; le fil dé¬ 
veloppera un effort de traction égal au poids dont il est chargé. 
Supposons l’appareil placé dans la position représentée 
fig. 125 et suspendons le poids, non plus à un fil rigide
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.