Bauhaus-Universität Weimar

PULSATION DU CŒUR. 
25 
verticale A, on voit que, dans le ventricule, elle correspond à 
un phénomène semblable et que, dans l’oreillette, elle corres¬ 
pond aussi à un accroissement de pression qui se fait d’une 
manière brusque et assez énergique. Sur le tracé de l’oreil¬ 
lette O, ce soulèvement correspond au maximum de la pres¬ 
sion que le sang éprouve dans cette cavité ; c’est évidemment 
l’instant où s’effectue la systole auriculaire. 
Fîg. 12. — Tracé cardiographique recueilli sur le cheval. (Expériences 
de Chauveau et Marey, 1861.) 
Le tracé de la pulsation montre ensuite le soulèvement B 
brusque et énergique ; il correspond manifestement à ce que 
les auteurs appellent le choc du cœur ; il coïncide avec le dé¬ 
but d’un accroissement considérable de la pression dans le 
ventricule. C’est bien la systole de cette cavité qui commence. 
La courbe de la pulsation reste élevée, avec des ondulations 
légères, tant que dure cette haute pression dans le ventricule ; 
elle retombe soudainement en C lorsque la systole ventricu¬ 
laire finit. Quant aux ondulations qui se produisent, au som¬ 
met de la période systolique, dans le tracé de la pulsation, 
nous les avons attribuées à des vibrations de la valvule auri- 
culo-ventriculaire, dont le déplacement amènerait dans la 
pression intra-ventriculaire des variations légères qui s’étei¬ 
gnent au bout de deux ou trois oscillations.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.