Bauhaus-Universität Weimar

VI 
PRÉFACE. 
vitesse, suivant qu’il se produit une modification dans 
l’action du cœur ou dans la circulation vasculaire.. 
Les physiologistes manquaient d’un moyen qui permît 
de discerner avec certitude la cause de certains change¬ 
ments circulatoires; aussi, l’interprétation des résultats 
de leurs expériences laissait-elle place à des doutes qui 
n’existeront plus désormais. 
Dans la plupart des mémoires contenus dans ce volume, 
la physiologie côtoie la physique, souvent même les li¬ 
mites artificielles qui séparent ces deux sciences ont dû 
être franchies. C’est ce qui est arrivé particulièrement 
au sujet du mécanisme du vol des oiseaux à propos 
duquel j’ai dû faire quelques expériences sur la résis¬ 
tance de l’air. 
Du reste, les physiologistes se trouvent à chaque ins¬ 
tant en présence de semblables nécessités. C’est par la 
chimie qu’ils éclairent les phénomènes de la digestion et 
des sécrétions ; c’est par la physique qu’ils ont porté là 
physiologie des sens à un degré de précision admirable ; 
c’est la mécanique enfin qui seule permet de comprendre 
comment s’engendre au sein des tissus la force motrice 
qu’on voit associée à toutes les manifestations de la vie. 
Paris, le 30 septembre 1875. 
MAREY.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.