Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Tome 2. Edité par Albert Dastre
Person:
Bernard, Claude
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit28998/514/
502 
PUTRÉFACTION. 
position très-rapide de l’hémoglobine en hémochromo¬ 
gène; le même chimiste a établi que la combinaison faci¬ 
lement destructible, l’oxyhémoglobine, n’agit point à la 
façon de l’ozone, mais que l’oxygène s’en échappe à 
l’état d’oxygène ordinaire, indifférent. En tout état de 
cause, on ne peut pas plus invoquer la fixation directe 
de l’ozone que celle de l’oxygène, et la théorie de l’oxy¬ 
dation iudirecte par agents spéciaux, si conforme à tous 
les résultats acquis, en reçoit une nouvelle vérification. 
La formation de l’urée par l’oxydation directe des ma¬ 
tières albuminoïdes ne saurait plus être soutenue, car 
Frankel a démontré expérimentalement que l’urée aug¬ 
mente dans l'asphyxie. 
Maintenant, en quoi consiste, d’une manière générale, 
cette respiration, cette oxydation indirecte des tissus, qui 
correspond à leur activité fonctionnelle et qui serait pro¬ 
duite par des agents spéciaux? Dans l’ignorance de faits 
précis qui puissent servir de base à l’explication, on a 
produit des hypothèses plus ou moins vraisemblables. 
Pflüger admet que les albuminoïdes subissent un dédou¬ 
blement par hydratation, lequel donne lieu au dégage¬ 
ment d’acide carbonique. Cette hypothèse est fondée 
sur des vues théoriques relativement à la constitution 
des matières albuminoïdes, et sur des faits d’expérience 
relativement à la manière indirecte dont elles s’oxydent. 
Anciennement, Mitscherlich avait déjà songé à iden¬ 
tifier les phénomènes de l’organisme vivant à des putré¬ 
factions. Plus récemment, M. Hoppe-Seyler a repris 
avec plus de précision cette vue de Mitscherlich : après 
avoir fait ressortir tous les arguments qui écartent l’idée
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.