Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Tome 2. Edité par Albert Dastre
Person:
Bernard, Claude
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit28998/223/
CONTRACTION ML’SCLI.MRII. 
•21 I 
vient plus ronge puree qu’il y u moins d'acide carbonique 
qu’au repos, c’est l’inverse qui a lieu pour le muscle. Il 
ne semble guère possible de rattacher à un même phé¬ 
nomène, à savoir, la combustion, ces phénomènes de 
calorification qui se pioduisent dans des conditions 
exactement opposées. D’ailleurs, on sait que le muscle 
absorbe moins d’oxygène précisément pendant la con¬ 
traction, c’est-à-dire alors qu’il rejette une plus grande 
proportion d’acide carbonique. Ajoutons encore que le 
muscle exsangue, séparé du corps, peut encore se con¬ 
tracter et produire de la chaleur. Et si l’on objectait 
alors qu’il renferme encore dans son épaisseur du sang 
et des globules chargés d’oxygène, on répondrait à 
celte objection en lavant le muscle avec du sang oxy- 
carboné qui ne peut plus contenir d’oxygène, et qui 
n’empêche pas la contraction de se produire. 
Ajoutons enfin comme dernier argument que l’acide 
carbonique et l’eau ne sont pas les seuls termes de la 
combustion qu’on suppose s’accomplir. L’urée dérive 
des albuminoïdes de l’organisme par fixation d’oxygène. 
Or, Frankel a observé que pendant l’asphvxie loin que 
la quantité d urée diminue ainsi que les autres produits 
d’oxydation, elle augmente au contraire. 
Il résulte de toutes ces considérations que la théorie 
de la combustion directe n’est pas l’expression de la 
réalité. La vérité n’est pas aussi simple, et Lavoisier n’a 
pu proposer sa théorie que parce qu’il n’était point phy¬ 
siologiste, et qu’il n’était pas habitué à la complication 
des phénomènes qui s’accomplissent dans l’organisme. 
Tout ce que l’on peut dire, et ce résultat est assez.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.