Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Leçons de physiologie expérimentale appliquée à la médecine, faites au collége de France: Cours du semestre d'été 1855
Person:
Bernard, Claude
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit28997/103/
SALIVE SL BLING'JALK. 
95 
ment alcaline. îi*r,53 de ce mucusqui avaient été pro¬ 
duits en cinquante-deux minutes furent soumis aux 
épreuves suivantes. 
Cette salive, additionnée d'alcool de 5o pour 100, 
forma un coagulum épais, gélatineux, qui, séché à 
iQO degrés, laissa pour résidu o,oü5, qui renfermait 
0,018 de sels. La solution alcoolique, évaporée à îao 
degrés, laissa o,i5o d'un résidu qui doiina o,i i4 de 
cendres; par conséquent, on peut ainsi donner l’ana¬ 
lyse du mucus de la bouche calculée pour 1000. 
Résida sec. 
/Matière organique soluble dans l’alcool. 
Matière insoluble............ 
| Chlorure de potassium . ... \ 
— de sodium......s 5,29 
Phosphate de soude......) 
Phosphate de chaux......\ 
. a « ! °«84 
v — de magnésie.....) 
1.67 
2,18 
6,13 
1000,00 
Ainsi, messieurs, d’après ce que nous vous avons dit 
des divers liquides salivaires, vous voyez que leurs 
propriétés chimiques ne sauraient servir à les distin¬ 
guer les uns des autres. 
Sous le rapport purement physique, au contrairè, 
la présence ou l’absence de celte matière salivaire vis¬ 
queuse peut permettre de distinguer parfaitement 
ces salives entre elles, et sous ce point de vue, on 
doit confondre la salive sublinguale avec celle des 
glandes de Nuck et des glandules buccales. 
Nous verrons plus tard que c’est dans le tissu même 
de ces glandes qu’il faut chercher le principe qui donne
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.