Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Recherches expérimentales sur la régénération des nerfs séparés des centres nerveux
Person:
Philipeaux, J.-M. A. Vulpian
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit27646/58/
400 
dans toute sa force, disons que l’altération qui se produit dans les 
tubes du bout périphérique d’un nerf coupé au delà du ganglion spi¬ 
nal est un phénomène constant chez les mammifères, pendant la vie 
extra-utérine et à moins de circonstances exceptionnelles, telles qu’une 
réunion par première intention. Cette preuve parait donc inattaqua¬ 
ble : cependant des faits que nous avons observés plusieurs fois nous 
inspirent quelques doutes que nous devons exposer. Ces faits se sont 
présentés à nous dans des cas où nous pratiquions une seconde resec¬ 
tion sur le bout périphérique d’un nerf qui avait déjà subi une pre¬ 
mière resection un temps plus ou moins long auparavant. 
Lorsqu’il y avait eu réunion après la première excision, et que les 
tubes du bout périphérique offraient une régénération très-avancée, 
les phénomènes qui suivaient la seconde opération ne différaient 
guère de ceux qui se passent lorsque la resection est faite sur un nerf 
intact. Si les tubes nerveux restaurés étaient encore grêles, si la ma¬ 
tière médullaire était par conséquent peu abondante, alors l’altération 
se produisait avec une grande rapidité. Mais les cas qui ont un vérita¬ 
ble intérêt sont ceux dans lesquels les deux bouts ne s’étaient réunis 
ni -d’une manière immédiate ni d’une manière médiate. 
En se plaçant à un point de vue théorique, et en s’appuyant d’ail¬ 
leurs sur l’opinion générale qui attribue l’altération du segment péri¬ 
phérique d’un nerf divisé à l’interception de l’influx nerveux central, 
on pouvait décider qu’une resection, pratiquée sur un segment péri¬ 
phérique régénéré sans réunion, ne déterminerait aucun effet sur la 
partie située au delà de cette resection. Mais le résultat a été tout 
opposé. Chez un chien, le second de l’expérience VI, on avait constaté 
une régénération très-avancée du bout périphérique du nerf lingual, 
sans qu’il y eût la moindre réunion entre les deux bouts; pour faire 
cet examen, on avait enlevé un segment du bout périphérique. Or, 
dix jours après cette seconde excision, tout le bout périphérique était 
de nouveau altéré : il y avait eu disparition complète de la matière 
médullaire ; on ne voyait même pas ces granulations qui en consti¬ 
tuent les derniers vestiges. Tel est le fait qui nous a le plus frappés et 
que nous avons déjà consigné dans le résumé communiqué à l’Aca¬ 
démie des sciences. Ce résumé reproduit dans la Gazette hebdoma¬ 
daire (21 oclobre 1859), y était accompagné d’une note ainsi conçue : 
« Cette proposition (à savoir que le segment périphérique d’un nerf 
« restauré sans réunion préalable s’altère de nouveau si on le divise
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.