Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Recherches expérimentales sur la régénération des nerfs séparés des centres nerveux
Person:
Philipeaux, J.-M. A. Vulpian
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit27646/2/
344 
note publiée dans les comptes rendus de l’Institut, à savoir que les 
nerfs, séparés des centres nerveux, peuvent, après s'être altérés com¬ 
plètement, se régénérer et recouvrer leurs propriétés physiologiques, 
tout en demeurant isolés de ces centres. 
Un tel sujet ne comporte guère d’historique. On peut dire que tous 
les physiologistes, du moins à notre connaissance, jusqu’à la publi¬ 
cation de cette note, admettaient que, dans les nerfs dont la conti¬ 
nuité est interrompue complètement par une section transversale, la 
partie périphérique, après s’être altérée, demeure altérée, tant qu’une 
réunion ne l’a pas de nouveau mise en rapport avec la partie cen¬ 
trale, et par l’intermédiaire de celle-ci, avec les centres nutritifs. On 
sait que, d’après la détermination de M. A. Waller, ces centres sont 
les ganglions spinaux pour les nerfs sentitifs et l’axe cérébro-spinal 
pour les nerfs moteurs. M. Schiff, qui a fait un grand nombre d’expé¬ 
riences sur la régénération des nerfs, « n’a jamais vu une régénéra¬ 
tion des tubes dans la partie périphérique du nerf, s’il n’y avait pas 
réunion avec la partie centrale. » (Voir Comptes rend, de la Société 
de biologie, 1859.) MM. Gluge et Thiernesse (Extrait des bulletins de 
l’Académie royale de Belgique, t. VII, n° 7, Sur la réunion des fibres 
nerveuses sensibles avec les fibres motrices), sont les seuls auteurs qui 
parlent de l’excitabilité des nerfs moteurs séparés des centres; mais 
loin d’en déduire que les nerfs peuvent se régénérer dans ces condi¬ 
tions, ils en tirent la conclusion « que les nerfs isolés de leurs centres 
nerveux conservent encore, pendant quatre mois, la faculté de pro¬ 
duire de fortes contractions musculaires : les faibles persistent jus¬ 
qu’à quatre mois et demi, contrairement à l'opinion reçue. » Une note 
à laquelle les auteurs renvoient à propos de ce passage démontre que 
les auteurs entendent bien parler d’une propriété conservée et non 
pas d’une propriété d’abord abolie, puis reparue. Dans cette note, les 
auteurs rappellent le temps au bout duquel, suivant les physiologis¬ 
tes les plus accrédités, les centres perdent leurs propriétés. Ils ajou¬ 
tent qu’il y a des différences individuelles dépendant des animaux et 
surtout des nefs opérés. « S’il est exact de dire que les nerfs perdent 
insensiblement leurs propriétés, il est donc impossible d’indiquer 
exactement le temps où cela arrive avant d’avoir examiné un plus 
grand nombre de nerfs. » (P. 23) (1). 
(t) Nous tenons à bien faire voir le sens de cette partie du mémoire de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.