Bauhaus-Universität Weimar

314 F. C. DONDERS. LA VITESSE DES ACTES PSYCHIQUES. 
longueur, et il pouvait être employé, à volonté, avec mouvement spiral ou cir¬ 
culaire. Un seul rouleau suffisait à enregistrer successivement 20 expériences, et 
même un plus grand nombre. L’expérience tombait toujours vers l’instant où la 
vitesse de rotation atteignait son maximum, et, à ce moment, pour des vibra¬ 
tions de 261 par 1", les cinquièmes et mêmes les dixièmes d’une vibration se 
laissaient encore facilement apprécier. Une série d’expériences étant terminée, 
on coupe le papier suivant une ligne qui corresponde à peu près au commence¬ 
ment et à la fin de tous les tours, de sorte que, sur la feuille rectangulaire, 
chaque courbe continue du diapason se rapporte à une expérience particulière. 
On numérote alors les expériences, et on inscrit près de chacune les observations 
jugées nécessaires, avant d’opérer le fixage du noir de fumée par le mélange 
d’alcool et de vernis. 
A l’origine, je me servais habituellement d’un diapason de 261 vibrations 
par 1", fixé solidement, et qui. au moyen d’un coin serré légèrement entre les 
branches et relevé subitement, était mis en vibration quelques secondes avant le 
début de chaque expérience, de sorte qu’on était prévenu que 1 irritation ne tar¬ 
derait pas à suivre. Plus tard, j’ai eu à ma disposition des diapasons, construits 
par M. König, à mouvement vibratoire entretenu par l’électro-magnétisme, sui¬ 
vant le principe appliqué par M. Helmholtz pour la synthèse des sons de voyelles. 
Note IL Pour la durée des actes psychiques, j’ai attaché une importance 
spéciale aux minima obtenus. 
Les différences que nous trouvons dépendent indubitablement, en grande par¬ 
tie , de différences réelles dans la durée des operations mentales. L instant de 
l’irritation est enregistré exactement, de même que celui du signal, et 1 erreur 
probable afférente aux divers termes non psychiques de l’acte, bien que nous ne 
puissions la préciser suffisamment, n’est certainement pas grande. Nous devons 
donc accepter simplement les valeurs telles que nous les trouvons, et nous con¬ 
tenter de la connaissance des maxima, des minima et des moyennes. Pour le 
moment, je ne veux pas entrer dans l’examen spécial des causes qui expliquent 
les différences. Seulement, je ferai remarquer que le degré de tension de 1 esprit 
et d’abstraction de toute idée étrangère exerce une grande influence. Une dis¬ 
traction, à l’instant où l’irritation agit, est toujours punie par une prolongation 
de durée de l’acte. Il est clair, d’après cela, que les minima trouvés constituent 
les valeurs les plus correctes ; ils représentent la marche la plus régulière, la 
moins altérée du phénomène. En retranchant de tous les temps observes le nu. 
nimum, les restes donnent un bon aperçu des écarts de la régularité idéale qui 
peuvent se produire, et de cet aperçu il ne sera probablement pas impossible 
déduire quelques notions au sujet de la raison de ces écarts. La significaü 
que j’attache aux minima m’a conduit à déterminer toujours, pour deux series 
d’expériences qui diffèrent l’une de 1 autre par 1 intercalation d un ternie ] y 
chique, non-seulement la différence des moyennes, mais aussi celle des 
Sans doute, il serait dangereux de s’en tenir aux minima seuls. La possi 11 e
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.