Bauhaus-Universität Weimar

NOTES FIXES CARACTÉRISTIQUES DES VOYELLES. kb 
Cette méthode qui consiste à introduire un résonateur dans 
l’oreille pendant qu’on fait vibrer le diapason devant la bouche, 
se recommande aussi pour la détermination des sons propres très 
graves de la bouche qui correspondent aux voyelles E et I. Pourl’I, 
la résonance du fat reste, à la vérité, douteuse même avec cette 
méthode ; mais le /c<5 résonne alors distinctement en chuchotant 
l'E, pourvu qu’on observe la précaution indiquée par M. Helmholtz, 
d’approcher le diapason aussi près que possible de l’ouverture de 
la cavité située derrière les dents supérieures. 
Si, au lieu de se servir de diapasons pour la recherche des notes 
caractéristiques des voyelles dans la cavité buccale, on veut les 
mettre en évidence en les faisant résonner directement, le courant 
d'air que l’on chasse, sous une assez forte pression, par la fente 
de l’embouchure universelle, doit passer sur l’ouverture de la 
bouche, pendant qu’on la dispose tour à tour pour les diverses 
voyelles, et ces dernières s’entendent alors exactement comme si 
elles étaient chuchotées. En soufflant d’en bas contre la rangée de 
dents supérieure, on peut même faire résonner la masse d’air de 
ia bouche aussi fortement qu’un tuyau d’orgue; on y réussit faci¬ 
lement pour les voyelles 0 et A; seulement, pour obtenir les sons 
exacts qui répondent au timbre de ces voyelles, il faut un peu cor¬ 
riger avec la langue, à cause de la masse d’air située entre les 
dents et les lèvres, qui ne peut plus, dans ce cas, agir comme 
lorsque le courant d’air passe sur les lèvres; il est aussi à sup¬ 
poser que le son de la cavité buccale s’élève un peu sous l’action 
d’un fort courant d’air, comme cela arrive pour les tuyaux d’orgue. 
Je n’ai jamais pu, par ce procédé, mettre en évidence les sons 
propres graves des voyelles Æ, E, I, même lorsque je parvenais 
à en faire résonner fortement les notes propres élevées, au moyen 
d’un puissant courant d’air dirigé contre les dents supérieures. 11 
est donc probable que ces notes graves ne jouent, par rapport aux 
notes plus élevées, qu’un rôle secondaire comme caractéristiques 
des voyelles en question. L’absence des notes graves dans cette 
expérience est d’autant plus singulière qu’en soufflant dans un 
petit tuyau en communication avec une cavité on obtient toujours 
aisément à la fois les deux sons propres, celui du tuyau et celui 
du système entier, comme j’ai pu m’en assurer par un grand 
nombre d’expériences. 
En effet, voulant étudier de plus près les vibrations des masses 
d’air confinées dans une cavité dont les trois dimensions diffèrent
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.