Bauhaus-Universität Weimar

uw 
louait pits d«* substance soluble «Ians rether, mais i*«*tle «|,... 
inject ions de la substance 11 ii i* o donnait, on petite quantib. 
‘I«s cristaux «run acid«» aromatique. J'a^itai plusi«»ins f„b 
l«»< mines avec «le Pel her ahoolis«*, je 'distillai. «‘I j'évapi>r.ii 
1«? résidu. Il restait un liquide verdâtre «pii laissait d«'*pos«-r 
spontanément d«»s petits cri-taux verdâtres aussi, très ilur-. 
•le- filtrais et jïvnporais et je repris avec de l'éther, «pii a 
I evaporation me donna «le nombreux cristaux mél«'s à l'Iiuilc 
jaune et colorés en jaune. Tne portion «le cos cristaux lui 
purifiée par cristallisation «laus l'eau, l'autre fut mise mi 
une plaipie «1«» porcelaine «pii décolora immédiatement 1> - 
cristaux, et recrislalliséo dans l’eau. 
Lhïant à la substance cristallisée verdâtre qui sYlail 
déposée dans le premier extrait, elle était très peu soluble «laie 
lean, et cristallisait lentement «le la solution ac«pieuse; Y 
lieu avais «prune très-petite quantité, <[ui a pourtant et»- 
suflisaiili»' pour établir certaines mutions «*f pour «*n preudiv 
I«* p"inl «1«» fusion: les cristaux «pii s’etaient formés dam la 
solution ac«[u<»us(» étaient volumineux en tonnes d<* pii-ue- 
ot)li«pi«»s et doués toujours d’une teint«* verdâtre. Ils se «lmol- 
vaieiit dans l’ammoniaque ac«pieuse et en ajoutant «le l a« i«l«- 
acétique, jusqu’il neutralisation,, il ne se formait d’abord 
aucun pivcip’rté, mais au bout th» plusieurs jours on voyait 
paraître au fond «1«* l’éprouvette un jjros cristal v«»rdâtrc. 
transparent, l'oint d’ebullition JÔ7°. 
I ne portion do ce cristal dissoute dans l'eau donna 
avec de l’eau d<» brome un pr«*cipilé jaune citron1). Tout« ' 
ces propru’b's en semble ne laissent aucun dont«* qu'il s'ajris.siil 
d'aride kynui'i«pie, l«»«piel « tant assez soluble dans l'alcool et un 
peu dans IV!lier, était pu -é dans les extraits étli l’extrait étln;riqu«‘J^uriti« - 
.couine* j«* viens de dir«», se pr«*s«»nlaient sous la tonne «b- 
petits prismes allongés, ass»*z >emblabl«*s à ceux d«» l’acid' 
hippurique, très-peu solubles dan- l'eau froid«*, assez fa« il* - 
« 
‘meut «tans cell«* bouillante. Le point d’ébullition d»* celte 
substance «*s| a IS.»—ls«î\ 
11 *'.« journal, Vol. VI. |>. S7.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.