Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Héros, personnages grecs et romains, autels, vases, candelabres, tombeaux, ornements, inscriptions
Person:
Saint-Victor, Jacques Maximilian Benjamin de Bouillon, Pierre
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-4336872
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-4339522
VASES. 
cédente, d'une forme non moins belle, et d'une parfaite 
conservation. Elle ne porte point d'inscription. 
(Tiré de la V illa-Borghese. Hauteur, z pieds  
tudes des personnages qui, sans doute, sont les mêmes, 
puisqubn y lit les mêmes noms. 
Ces trois vases proviennent de la collection Choiseul. 
(NO 1. Marbre pentélique; hauteur, 2 pieds 1 pouce: 
(NU z. Même marbre; hauteur, z pieds 5 pouces 6 lignes: 0,798 HL) 
VASE 
SOSIBIUS. 
(NÜ 3. Même marbre; hauteur, z pieds 2 pouces 7 lignes  
Planche VÜÎ- Ce vase dont la forme svelte et élégante se retrouve dans 
plusieurs de ces vases grecs de terre cuite, du genre de 
' ceux que l'on nomme vulgairement vases étrusques, est cé- 
lèbre pour le goüt exquis de ses ornements et l'excellence 
de son exécution. Quatre têtes de cygne recourbées avec 
grace, ornent la partie inférieure de ses anses; et autour 
du col serpentent deux branches de lierre dont les corymbes 
viennent se réunir pour former un bouquet. Au-des- 
sous règne, dans toute la circonférence du vase, un bas- 
relief choragique, dont les personnages déguisés en Diane, 
en Mars, en Mercure, enMénades, en Corybantes, sont 
occupés des apprêts d'un sacrifice. Une inscription gravée 
sur la base de l'autel nous apprend que Sosibius, sculpteur 
athénien, est l'auteur de cet ouvrage. 
Ce bas-relief prouve que Sosibius , dont le nom, sans ce 
monument, ne seroit point parvenu jusqu'à nous, étoit 
un artiste fort au-dessus d'un simple sculpteur d'orne- 
ments  quelque habile qu'on le puisse supposer. Les figures 
dont il est composé sont du dessin le plus correct, du con- 
tour le plus fin, d'une grace parfaite dans leurs attitudes; 
c'est une imitation du style des monuments choragiques, 
dans laquelle l'auteur, se jouant en quelque sorte avec son 
sujet, a su, de même que les plus habiles sculpteurs de ce 
genre de bas-reliefs, conserver tous les caractères (le l'an- 
cien style qu'il imitoit, et mettre en même temps le mou- 
vement et la vie que l'art perfectionné savoit donner à ses 
productions. Ce vase est justement placé au nombre des 
chefs-d'oeuvre. 
VASE 
BACHIQUE- 
(Tirée de la Villa -Borghese. Marbre de Paros; hauteur 2 pieds 
1 pouce z 0,677 111-) 
VASES 
MARATHON. 
Planche VIII. Ces trois vases dont la forme est d'une belle simplicité, et 
qui sont ornés de bas-reliefs peu rendus, mais exécutés 
avec sentiment et dans ce style naîf qui est le caractère 
distinctif de la plus grande époque de l'art, ont été trouvés 
à. Marathon clans des fouilles dirigées par M. Fanvel  
consul de France à Athènes; et clest de cette circonstance 
qu'ils ont pris leur dénomination. 
NG I. Le bas-relief de ce vase représente un sujet qui 
reparoît fréquemment sur les tombeaux antiques, et parti- 
culièrement sur les tombeaux grecs: on y voit une femme 
assise entre deux hommes et donnant la main à celui qui 
est placé devant elle, ce qui semble indiquer un mariage 
entre ces deux personnes, èî dans le troisième , le témoin 
de cette cérémonie. Au-dessus sont gravés les noms de Sos- 
tratides, Callynois et Sostratos. 
Nous avons déja décrit plusieurs chefs-d'oeuvre parmi Planche IX. 
les monuments de ce genre  nous allons décrire ici le plus 
parfait de tous, et probablement le plus beau vase antique 
que le temps ait laissé parvenir jusqu'à nous. 
Il est d'une grandeur moyenne, et de l'espèce de ceux que 
l'on nomme cratères. Les ornements en sont peu compli- 
qués: ce sont quatre masques de personnages bachiques, 
un jeune faune et trois silènes barbus; l'un de ces masques 
offre la grande ouverture de bouche qui caractérise les 
masques scéniques; les autres, de même que ceux des dan- 
seurs et des pantomimes  ont la bouche dans son état na- 
turel. Des cymbales, des tbyrses, le pedum ou bâton pasto- 
ral, des nébrides qui tapissent élégamment les autres faces 
du vase, tels sont les attributs bacbiques qui en complètent 
la décoration. 
Ce n'est point assez de dire que  dans l'ensemble et 
dans les détails de ce merveilleux ouvrage, on rencontre 
la perfection que la sculpture antique a su mettre dans ses 
plus excellents travaux, tant pour le caractère des objets 
imités, que pour l'énergie ou la délicatesse avec laquelle 
elle a su les rendre, il faut ajouter qu'on retrouve ici ce qui 
ne se rencontre que dans un très petit nombre de monu- 
ments, et dont les bas-reliefs du Partliéilon nous présentent 
l'archétype incontestable , dest-à-dire la naiveté de l'exécu- 
tion jointe à ce qu'il est impossible de concevoir de plus vif 
dans le sentiment, de plus sublime dans le style, dans la 
science de plus profond. Ce caractère particulier de la plus 
grande époque de l'art, que nous avons signalé dans les 
statues de Phidias, dans la Vénus de Mélos, dans le frag- 
ment de l'lnopus (1)  'ne sont pas moins frappants dans ce 
vase, échappé, ainsi que ce petit nombre de nobles débris, 
à ce torrent des âges qui a englouti presque toutes les mer- 
veilles de cette époque fameuse, à laquelle les anciens eux- 
mêmes croyoient ne devoir rien comparer. Si l'on recon- 
noît la justesse de cette observation qui, ce nous semble, 
n'a point encore été faite  elle mettra également ce chefî 
d'oeuvre hors de toute comparaison. 
Le pied et quelques portions des bords du vase sont des 
restaurations modernes. Tout le reste est intact et de la 
plus belle conservation. 
(Tiré de la Villa-Borghese. Marbre de Paros; hauteur, 2 pieds 
5 pouces 6 lignes : 0,798 HL) 
VASE. 
N" z. Même sujet que le Iirécédent, avec cette différence, 
qu'il offre de plus un homme et un cheval placés derrière 
le personnage à qui la femme donne la main. On y lit 168 
noms tfdntiphon et dÂflntias. 
Ce vase, d'une très belle forme, est du nombre de ceux Planche [X 
qui étoient destinés à servir d'ornements, soit dans les pa- 
lais, soit dans les jardins. Il est enrichi de cannelures, de 
feuilles clîicanthe; et deux serpents entrelacés avec beau- 
coup d'élégance en composent les anses. L'exécution de ces 
N" 3. Même sujet et même composition que dans le bas- 
relief no 1, avec de très légères différences dans les atti- 
    1 N f e de la Vénus 
(x) Voyez le Dlscours prehmmalre: P- '81 et a O le 
de Mélos.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.