Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Héros, personnages grecs et romains, autels, vases, candelabres, tombeaux, ornements, inscriptions
Person:
Saint-Victor, Jacques Maximilian Benjamin de Bouillon, Pierre
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-4336872
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-4337264
STATUES. 
Si cette petite statue, placée sur une colonne assez éle- 
vée, n'eut point échappé à nos regards, ciest dans le pre- 
mier volume de cet ouvrage et parmi les cheFs-dbeuvres 
que son rang étoit marqué. On peut en effet la regarder 
comme un morceau achevé pour la finesse des formes, 
l'élégance et le grand style des draperies, la déÜCHîGSSÈ 
exquise avec laquelle elles 50m; tguchées , surtout pour leur 
transparence, si merveilleuse qulon distingue l'étoffe et les 
plis de la tunique dans les Parties ou elle est recouverte 
du manteau. C'est une exécution qui n'est point infé- 
rieure à celle de la petite Cérès du Vatican, jusqu'à pré- 
sent considérée comme incomparable en ce genre; clest la 
même proportion; et peut-être les deux figures sortent- 
elles de la même main. 
La tête appartient à la statue, ce qui en augmente en- 
core le prix; et le monument n'a rien de moderne que la 
main droite et llavant-bras gauche. 
(Marbre de Paros; hauteur, 2 pieds 7 pouces  839 m.)  
 
JUNON. 
+N0 2, pl. I. La tête antique de cette statue est rapportée; et c'est à 
cette tête, dans laquelle on reconnoît l'épouse de Jupiter, 
qu'elle doit sa dénomination. Toutefois il est remarquable 
que la clraperie dont elle est couverte, présente , spéciale- 
ment dans le jet peu commun du manteau, de très-grandes 
ressemblances avec celle de la célèbre J unon" colossale du 
Vatican  Peut-être le sculpteur qui l'a restaurée a-t-il été 
frappé de ce rapport; car en même temps qu"il lui a donné 
une tête de Junon, il lui a fait tenir dans la main droite 
une patère  symbole que lui donnent souvent les médailles  
et dont on a également orné, en la restaurant, la Junon 
que nous venons de citer. 
Le monument que nous décrivons, sans pouvoir être 
placé au premier rang, n'est point cependant llouvrage 
dlun artiste que lion doive mépriser. La draperie en est 
exécutée avec légèreté et intelligence; elle accuse bien le 
 m1, B1; lejet en est élégant La tête est fort inférieure 
au corps, et Fou slapenyuit Fanilernent qu'elle xfest pas de 
la même main.  
Le cou, les deux bras et les deux pieds, sont des restau- 
rations modernes. 
rieurs. Elle est recouverte diun large peplum à plis droits, 
serrés et symétriques, dont le milieu est échancré et qui se 
prolonge par des bandes latérales jusque vers le milieu de la 
cuisse. Une partie de son vêtement plus curieuse encore, 
c'est Pfîjgide jetée sur ses épaules comme un vaste man- 
teau  qui les couvre entièrement ainsi que la plus grande 
partie du dos; quoique tissue d'écailles, cette Égide con- 
serve la souplesse de la peau de chèvre dont elle tire son 
nom et dont elle étoit primitivement formée. 
Le casque de la Déesse est orné d'une couronne dont les 
Heurs ressemblent à celle du myrte. Nous apprenons par 
Pindare et par Athénée que les Corinthiens offroient à 
Minerve surnommée Hellotis, des couronnes de myrte 
dans des fêtes qui lui étoient spécialement consacrées: 
peut-être est-ce la Minerve Hellotis que l'artiste a voulu 
représenter. Cette tête rapportée est du même style que la 
statue, d'un travail qui n'en diffère point; et nous sommes 
portés à croire qu'elle lui a toujours appartenu. 
Il est aussi probable que ce petit monument, dont le 
dessin est pur, liexécution vraie  moelleuse  délicate, est 
quelque imitation faite dans le bon temps de l'école grec- 
que, diune de ces productions barbares des premiers âges 
de la sculpture; et que Phabile artiste a reproduit ici en 
Fembellissant , quelque ancien simulacre de la Déesse , 
consacré par la longue vénération des peuples. Dans les 
temps on l'art ne slélevoit point au-dessus de semblables 
compositions, on étoit sans doute incapable de les exécuter 
avec autant de goüt et d'habileté. 
Les deux bras, le pied gauche, partie du laan de la 
draperie qui tombe au-dcssous du bras droit, sont des 
restaurations modernes.  
(Tiréefdu palais ducal de Modène. Marbre èentélique; hauteur, 
z pieds 6 pouces  812 HL) 
MINERVE 
GÉANT. 
(Marbre grec; hauteur, 4 pieds 5 pouces  1434 111-)  
 
MINERVE.  
Noi, pl. I- Cette statue, exécutée dans l'ancien style grec impro- 
prement appelé étrusque, est fort remarquable Sa tuni- 
que , dont les manches sont attachées par des boutons  des- 
cend jusquhux pieds , enveloppant étroitement les formes 
du corps, et en dessinant laresque tous les contours exté- 
(i) Autrefois dans le palais Barberini. Voyez le Mus. Pio. Clem. 
t. 1 tav. II.  
 Nous ferons remarquer que Yextrémité de la manche droite est 
Prise et arrêtée sous la ceinture  agencement singulier et que ne pré- 
sente aucune autre statue que nous connaissions; cette manche est 
ouverte sur le bras et retenue par des agrafes.  
 (3) Uancien Style grec avoit recule nom Jétrusque  parce qu'il s'étoit 
conservé plus long-ÎCIIIPS dans PEtrurie que dans la Grece. Ce style 
fut d'abord Commun aux deux pays dans les premiers temps de l'art; 
mais les Grecs trouvèrent bientót une route Plus sure dans liimita- 
tion de la nature, et arrivèrent ainsi à la perfection, tandis que 165 
Étrusques, 10511 de perfectionner cette ancienne manière, en Ollîfè- 
rent au contraire les défauts. 
Cette petite statue de Minerve est curieuse par ses attri- No 21 PL L 
buts, dont il y a peu d'exemples dans les monuments de 
Panatité. D'un eóté l'on voit à ses pieds le serpent, gar- 
dien invisible du temple de la Déesse a Athènes et symbole 
du roi Éricthon; de l'autre elle appuie son bouclier sur un 
monstre ailé, moitié homme et moitié serpent, dont l'at- 
titude entière annonce une résistance impuissante à la 
fille invincible de Jupiter. On suppose avec beaucoup de 
probabilité que ce monstre ainsi abattu à ses pieds est 
Encelade ou le géant Pallas, tous 168 dffUX VHÎHCUS P3P GÜC 
dans le combat que ces orgueilleux enfans de la terre 03è- 
rent tenter contre TOlyrnpe pour venger les Titans fou- 
droyés par Jupiter. On sait qu'en signe de cette victoire, 
limage d'Encelade étoit brodée sur le peplunz de la Minerve 
du Parthénon.  
Ce monument est exécuté avec beaucoup de Sentiment, 
et l'on reconnoît dans toutes ses parties une main savante 
et un travail original. La tête et les bras de la Déesse, ainsi 
que la tête et les bras du géant , sont des restauratÎOHS 1110- 
dernes. 
(Marbre de Luni; hauteür, 2 Pieds 6 POÜCCS 72  826 m") 
MINERVE. 
cette Statue de Minerve, qui est aussi dmue petife 131-0; NO 3, pl. Il. 
Portion, nva rien de remarquable que la dISPOSIÎIOH de 
PÉgide, Placée en sautolr sur la pmtrme, et descendant
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.