Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[École française]
Person:
Chennevières, Henry/de
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1040305
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-4044976
LES DESSINS DU LOUVRE 
l'art et les mille inventions de l'architecture mauresques. Bientót, il abandonnait Grenade et 
gagnait Gibraltar. Fortuny lui avait conseillé un voyage au Maroc : il passait donc en 
Afrique et prenait terre à Tanger. ll s'établissait là, montait sa maison, achetait des che- 
vaux. Il étudiait a force les moeurs et les types arabes, et entreprenait son dernier envoi. 
Ce fut Plîméezttioit sans jugement soies les rois maures de Grenade, oeuvre imprévue, originale. 
hideuse même par endroits. Au seuil d'une salle de l'A1hambra, un bourreau aux chairs 
bronzées, a la tunique rose, est debout. Il vient d'égorger un homme. La tète du supplicié 
roule surles marches d'un escalier : une mare de sang est la stagnante. Le farouche justi- 
cier essuie au pan de sa robe le damas de sa terrible flittah, et regarde une dernière fois 
la tête de sa victime. Cette tête, elle est effrayante : les traits se contractent, la bouche 
se tord,'1es yeux lancent encore de longs éclairs de haine. Delacroix eüt fait de cette scène 
un sombre drame; Régnault, avec sa nature superficielle, y voyait surtout 11n thème favo- 
rable aux combinaisons de couleurs, aux harmonies inédites. Il superposait les notes les 
plus puissantes et les plus voyantes. Tous les tintamarres, tous les bariolages, toutes les 
orgies de la peinture orientale formaient une toile d'un réalisme un peu brutal. Aujourd'hui 
FEZZZÉOQHÎOH appartient au Louvre. Le temps atténue ses vigueurs, tamise son éclat criard. 
Elle conserve toujours son jet, son nerf; mais les glacis ont passé trop vite, et la couleur 
paraît maintenant assagie et calme. Régnault composait encore a Tanger, un Départ pour 
la Fantasia, la Sentinelle Marocaine, un Intérieur de Harem, une Sortie du Pacha. Vers le 
même temps, 1a guerre éclatait. Les hostilités commencaient, les désastres se succédaient. 
Par un louable sentiment de patriotisme, Régnault quittait Tanger et revenait a Paris. Son 
titre de pensionnaire de Rome lui permettait de se désintéresser de nos luttes, mais il ne 
voulut pas user de cette faveur, et s'enróla dans les compagnies de marche. ll fit noble- 
ment son devoir, et le 19 janvier 1871 il était frappé d'une balle en plein front. Un stupide 
tirailleur prussien éteignait cette jeune intelligence. L'oeuvre de Régnault annoncait une 
peinture descriptive, il eut été incomparable de souplesse et d'éclat; mais il ne devait 
jamaispoursuivre le style, ni atteindre l'émotion. ll s'attardait aux jeux du trompe-l'oeil, 
aux" enfantillages du bibelot, au clinquant du naturalisme outré. Ses dessins ont de 
l'ardeur, de la sève, une musculature vigoureuse, des lignes concises, une aisance réelle 
d'improvisation. 
Le Louvre possède un grand carton de dessins de llógnault. Il fut-donné en 1875, par M. Victor Bégnault, 
père de l'artiste. Cet ensemble compte 156 croquis, relatifs au Coriolan, a la Mise au Tombeau, a FOrphée 
aux Enfers, à l'Achille et Tlzétis, à FAutOmédOn, au Portrait de Mme Duparc, a FExécution sans jugement, 
au Portrait de M. Biot sur son lit de mort; puis, ce sont des paysages, des études d'animaux, des projets de 
tableaux non exécutés. (Deux aquarelles de FAIhambra, un paysan espagnol, une femme madrilène encore 
exposés au Luxcmbourg, furent achetés par l'État en 1872 à la vente du peintre.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.